Participation de Clasmer au Colloque “De l’animation Nature à l’éducation à l’environnement”, Paris – 29-31 mars 2022

Julien Fuchs présente le travail de Clasmer

Le colloque “De l’animation nature à l’éducation à l’environnement ? France, années 1970-1990” organisé par le PAJEP à Paris les 29-31 mars 2022 a été l’occasion de présenter le travail réalisé par le groupe Clasmer au cours de deux présentations. Julien Fuchs et Malo Camus sont intervenus pour traiter de la perméabilité des milieux de l’éducation populaire et de l’école lorsque l’on considère le cas des classes de mer, tandis que Malo Camus et Dominique Cottereau ont abordé la question : “Quelle éducation à l’environnement dans les classes de mer en Bretagne ?”. Un très beau colloque, au cours duquel il a été à plusieurs reprises question des classes de découverte !

Retours de Caen

Récemment, lors de la 12e journée d’études sur l’enfance au quotidien le mercredi 1er décembre 2021 à Caen, consacrée aux “Enfants et jeunes dans les espaces extérieurs naturels : quelles socialisations, quelles éducations ?” (voir le site), qui vise à réunir, chaque année, des professionnel·les de l’éducation autour d’une question socialement vive et de pouvoir présenter et discuter de travaux de recherches qui peuvent alimenter réflexions et pratiques professionnelles.

À ce titre, l’équipe Clasmer a été invitée à participer à une table ronde. Elle réunissait Simon Guillon rapportant l’expérience d’un terrain d’aventure à Angers porté par le centre social Jacques Tati (voir le site), Pierre Cajot en tant que membre de l’association Des camps sur la comète (voir le site) organisant des séjours de vacances en plein air autour de Rouen et Baptiste Besse-Patin pour Clasmer, animés par Émilie Martin.

Nous avons pu échanger sur plusieurs thématiques qui parcouraient les trois dispositifs d’éducation en dehors des murs de l’école. En premier lieu, il s’agissait de souligner comment les enfants pouvaient s’approprier leur environnement extérieur à travers les cadres atypiques et les expériences outillées et proposées par une classe de mer, un terrain d’aventure ou les camps sous tente. En particulier, le rôle central du corps et de sensations en prise directe avec le milieu ont été souligné, non sans faire écho au concept d’écoformation développé par Dominique Cottereau (voir ses ouvrages). Néanmoins, et en deuxième lieu nous avons pu indiquer comment la place des enfants était très variable sur chacun des dispositifs selon leurs orientations pédagogiques. Enfin, et plus largement, nous avons évoqué comment ces dispositifs participaient de la socialisation des enfants et de leur réussite éducative. Ainsi, pour les classes de mer, des extraits et des propos d’enfants ou d’enseignant·es ont été présentés tout la portée sociale à leur origine en s’appuyant sur l’article publié récemment dans Norois (voir le billet).

Enfin, et comme de précédentes éditions, la journée a été entièrement captée par les soins de Canal-U, chaîne universitaire, dont vous retrouverez bientôt les vidéos disponibles, ou celles des journées précédentes au lien suivant : page sur Canal-U

Formation : jour 6

Avant notre départ de l’Île-Tudy et la fin de la formation, la dernière matinée a permis de poursuivre le travail entamé la veille sur les mémoires de recherche et d’approfondir la question du recueil des données et de la faisabilité de l’enquête.  Des questions de recherches ont été évoquées portant sur l’accueil de personnes en situation de handicap en classe de découvertes, la façon dont la classe de découverte peut transformer la relation de l’enseignant·e à ses élèves ou encore la spécificité de cette expérience pour des élèves d’une classe d’un réseau d’éducation prioritaire.

La matinée s’est poursuivie par un bilan réflexif sur l’intérêt du séjour en termes d’initiation à la recherche Cela a permis aux étudiant·es de revenir sur plusieurs aspects importants de la formation. D’une part le fait d’être mis « à la place des enfants » et donc de faire un travail d’auto-observation pour comprendre ce qui peut se passer dans une classe de mer et ce que peuvent vivre les enfants. Les échanges sur leurs observations tout au long du séjour leur ont permis également de se former à ce travail par l’entraînement à des outils d’enquête.

C’est sur cette dimension essentielle d’expérience qu’était fondée cette formation : une expérience d’une classe de découvertes, et en même temps l’expérience de la recherche. Cette expérience touche à la formation des étudiant·es en tant que futures professionnel·les. Elles ont souligné l’importance du vécu, du toucher (« on a touché la Perdrix » !), c’est-à-dire le rôle du corps dans les activités pratiquées. De plus, le fait d’être mis en présence de chercheur·es de différentes disciplines sur un même objet a également été souligné comme un point important de la formation. Autant d’éléments qui répondent aux objectifs visés par cette IFR dans le cadre du master MEEF à l’Inspé de Créteil.

Il ne restait plus qu’à saluer l’accueil chaleureux de toutes les personnes du centre nautique, et rejoindre tou·te·s la gare en bus, encore à la façon d’une classe de mer, pour rejoindre l’Île-de-France.

Formation : jour 5

Pour ce cinquième jour, les étudiant·es ont assisté à une table ronde qui réunissait trois acteurs institutionnels et associatifs des classes de mer, avec la présence de chercheur·es de l’équipe Clasmer. Animée par Gilles Brougère, nous avons entendu les points de vue et les échanges de André Le Goff, directeur du centre nautique de l’Île-Tudy, Christian Pasquio, conseiller pédagogique EPS et référent « Classes de découvertes » à la DSDEN du Finistère, et Anne-Kristell Jouan de l’association Nautisme en Bretagne (site internet), de présenter leur mission et de répondre aux interrogations des étudiant·es préparées la veille.

Christian Pasquio a présenté sa longue expérience comme référent des classes de mer en Finistère, à la fois d’un point de vue administratif, juridique et pédagogique, en soulignant l’intérêt et les difficultés qui entourent l’organisation de ces séjours scolaires avec nuitées. Il a insisté sur son rôle de “facilitateur” et d’interface entre les différents acteurs. Anne-Kristell Jouan a présenté l’association régionale qui rassemble des professionnel·les du nautisme et du tourisme qu’elle représentait, et plus particulièrement leurs actions en direction des classes de mer (https://www.classedemer.bzh/). Elle s’est plus particulièrement attardée sur deux axes. Le premier axe a été un travail de prospection et de communication collective entamé par avec le déplacement d’acteurs et d’actrices de centre nautique et à la rencontre des inspections et enseignant·es du Grand-Est puis d’autres régions. L’autre axe est le travail de légitimation des éducatrices et des éducateurs marins et l’organisation de formations aux questions environnementales. Enfin, André Le Goff a présenté les enjeux de fonctionnement du centre nautique en termes de communication auprès des enseignant·es et de leur fidélisation. Les échanges avec les étudiant·es ont notamment porté sur les questions de coopération entre enseignant·es et animateurs et sur la démocratisation des classes de mer.

L’après-midi a été consacré à une première présentation par les étudiant·es de leurs premières questions et thème de leur futur mémoire qui se veut une recherche exploratoire. Plusieurs thématiques ont été soulevées : les points de vue des enfants, les relations au milieu, les discours et représentations des parents, les modalités de coopération entre enseignant·es et animateurs ou animatrices, l’éducation à l’environnement… Autant de thématiques qui ont abordées tout au long du séjour en pratique. Elles ont fait l’objet de questions et d’échanges afin de préciser les possibilités de terrain à explorer et de des modalités pour récolter des données.

Formation : jour 4

Dans le prolongement, de l’intervention historique sur le rôle important de la pêche à la sardine dans le pays Bigouden, il était prévu une visite du port de Loctudy avant une visite du musée de la conserverie, récemment ouvert. Néanmoins, comme toute classe de mer, il a fallu s’adapter à la mer et à ses marées alors qu’il était difficile d’embarquer dans les prames pour rejoindre la cale voisine, les bottes dans l’eau. Malgré l’aléa, quelques pieds mouillés, et le retard provoqué, nous avons tout de même profité du réseau de l’éducatrice et de son expérience pour arpenter la criée du port ou son vivier et ses mareyeurs en pleine action pour préparer poissons et crustacés.

Suivant le tempo soutenu, nous avons poursuivi la découverte de cette petite ville côtière par la visite d’une ancienne conserverie locale, monument historique récemment rénové et aménagé en musée par la commune (https://www.loctudy.fr/musee-conserverie-alexis-le-gall/). À côté de la maison de la famille Le Gall, le bâtiment principal à l’architecture typique héberge une muséographie complète du travail à la chaîne des ouvrières de la fin du 19e siècle : de la réception des sardines, leur étêtage à la friture, la mise en boîte et leur stérilisation. Scènes reconstituées à partir des anciens outils qui illustraient aussi, l’histoire contée par la veille quant à la conservation. À marée montante, le retour s’est déroulé sans encombres pour reprendre le questionnaire rempli à l’issue de la visite.

Le temps de se restaurer, l’après-midi a été dédiée aux observations réalisées par les étudiant·es lors des jours précédents ; mettant en pratique les guides et conseils abordés le deuxième jour (voir le billet). Que ce soit les relations au sein ou entre les groupes, les pratiques pédagogiques des éducateurs et des éducatrices ou autour de la vie quotidienne, ces observations ont été le support à réflexions et prolongements pour d’éventuelles explorations supplémentaires à l’aide de références académiques. En lien avec l’objectif de la formation, ces premières interprétations pouvaient alimenter les réflexions autour des questions qui seront traitées dans les futurs mémoires de recherche des étudiant·es sur la thématique, générale, des classes de découvertes.

Formation : jour 3

Ce mercredi a débuté directement par une séance phare des classes de mer avec l’activité de pêche à pied. Nous sommes guidés par l’éducatrice du centre nautique, mais aussi une habitante de longue date de l’Île-Tudy. Le coefficient de marée étant élevé, nous devions nous rendre au plus proche de la mer pour des rencontres intéressantes. Munis de seaux, nous avons arpentés le rivag, flaques et rochers. Avec plus ou moins de facilités, dans cette pêche, il fallait toucher des animaux marins “avec les mains”,  jusqu’à la dégustation d’huîtres pour les plus téméraires. La pêche a été fructueuse entre des mollusques bivalves, des gastéropodes, crustacés, annélides, échinodermes et même quelques poissons… qui ont rejoint un autre “phare” de la classe de mer.

La fabrication de l’aquarium est réalisée au retour en salle de classe. Là encore les étudiant·es ont été amenées à vivre la façon dont cette activité se déroule avec des enfants : apport du vocabulaire, observation du fonctionnement de l’aquarium, toucher et observation au microscope, prélèvement de plancton. L’éducatrice en a profité pour donner des indications sur la façon dont les choses se déroulaient avec des enfants, la soirée sera consacrée à l’observation de ce plancton au microscope.

L’après-midi nous nous rendons au centre nautique de Rosquerno en bateau en remontant la rivière de Pont-l’Abbé ; espace naturel où sont présentes de nombreuses espèces d’oiseaux. Accueillis par un animateur spécialisé sur l’environnement et la coordinatrice, nous avons visité un centre qui appartient à une municipalité et propose des activités davantage tournées vers l’éducation à l’environnement et se met en relation avec d’autres centres près de la côté pour la pratique peu d’activités nautiques. Suite à la visite, nous avons profité d’un temps d’échanges autour des classes de découverte qui sont accueillis et, notamment, celles de la ville de Paris.

De retour en bateau à l’Île-Tudy, le directeur du centre a pris quelques minutes pour introduire la visite de la criée et du port de Loctudy ainsi que du récent musée de la conserverie par un récit de l’histoire de la pêche à la sardine et la conserve et de son importance pour la région. 

Formation : jour 2

Lors de cette deuxième journée, la matinée a été consacrée à une présentation par Gilles Brougère et Baptiste Besse-Patin de l’observation en tant que méthodologie d’enquête, ses enjeux et ses spécificités. Précédée d’un échange avec les étudiants sur leurs premières observations en « amateur » qu’ils et elles devaient réaliser dès les premières heures de la semaine. À partir de leurs notes sur des échanges de la veille avec les stagiaires BAFA, sur une sortie dans un café du centre de l’Île-Tudy et la construction du groupe depuis le début du séjour, c’était l’occasion de montrer comment passer d’une pratique sociale ordinaire à une méthode scientifique par divers moyens d’objectivation. Que ce soit les tâches d’un ou d’une observatrice, les différents types de notes ou différents degrés de participation, plusieurs modalités ont été abordées avant d’être travaillées par un travail sur des notes d’observation de plusieurs chercheur·es. En plus des notes anonymisées puisées dans le corpus Clasmer de séances de classes de mer, nous avons utilisé des extraits de l’enquête sur la « boîte à jouer » (voir le rapport) ou de la thèse de Baptiste Besse-Patin (voir son dépôt). Pour finir, il s’agissait aussi de profiter des prochaines activités pour s’entraîner à observer et prendre des notes.

Suite au repas, avec la chance de profiter du soleil, la journée s’est poursuivie par une activité nautique, incontournable en classe de mer. Il s’agissait d’une initiation au kayak avec une séance de deux heures conduite par une monitrice du centre nautique de l’Île-Tudy. En lien avec l’objectif de la formation, l’activité vécue se voulait similaire à celle que peuvent vivre les enfants qui viennent en classe de mer au centre nautique. Cette expérience a permis de passer de l’appréhension (du froid, de la pluie, de tomber en mer…) au plaisir de la découverte, du jeu, et une forme de cohésion du groupe à travers une activité commune, en passant par le sentiment progressif de maîtrise, mais également de prendre conscience et d’observer les enjeux matériels et pédagogiques du travail d’animateur (ou d’éducateur). Le débriefing avec la monitrice qui a suivi a été l’occasion pour les étudiant·es de poser des questions sur les choix, la relation avec les enfants et d’échanger sur leurs impressions respectives.

Formation : jour 1

Pour la première journée de la formation, la matinée a été consacrée à une présentation de la recherche Clasmer. S’il y avait des résultats exposés, il s’agissait surtout d’exposer des enjeux méthodologiques selon les disciplines des chercheurs de l’équipe. L’objectif sous-jacent étant que les étudiant·es puissent appréhender l’articulation de questions de recherche avec des orientations disciplinaires et des méthodes.

En visioconférence depuis le Vietnam, Emmanuelle Peyvel est intervenue, après un exposé sur les débuts du projet Clasmer, ses objectifs et son actualité, pour présenter un focus sur le travail de cartographie des classes de mer : leurs publics, l’origine géographique des classes à travers les régions de provenance en croisant plusieurs facteurs (durée, subvention, etc.). Cela faisait écho à une publication récente liée, notamment, à la question de la démocratisation de l’accès à ce dispositif (voir le billet).

Ensuite, Étienne Guillaud a présenté son travail sur les éducateurs et les éducatrices en milieu marin, à partir d’entretiens formels articulés à des observations, les spécificités de leur métier ainsi que de leurs pratiques pédagogiques en interrogeant, notamment, les modalités de coopération avec les enseignant·es.

Selon la deuxième perspective de l’axe « présent » du projet, Gilles Brougère a énoncé des analyses concernant les points de vue des enfants sur leurs expériences des classes de mer, notamment les tensions et les proximités aux vacances (sans que ce soit tout à fait des vacances) et à l’école « ordinaire ». Baptiste Besse-Patin est revenu sur les questions méthodologiques employées pour entretenir des groupes d’enfants (voir le billet) mais aussi les adaptations effectuées à cause du contexte pandémique.

L’après-midi a été entièrement consacrée à l’axe « passé » du projet avec l’intervention de Malo Camus. Suite à un premier quiz, il a brossé un tableau général de l’histoire des classes de découverte (classes de neige, classes de nature, classes de mer…) tout en soulignant les analyses tirées de sa thèse. Dans un deuxième temps, a été mis en place un travail en groupe sur des archives apportées par Malo. Les étudiant·es ont pu effectuer leurs premières explorations dans une somme de documents tirés d’archives, de différentes sources et périodes pour découvrir ce que peut recouvrer un travail historique.

Enfin, durant la soirée, nous avons pu échanger avec le groupe de stagiaires d’un approfondissement BAFA autour des relations entre l’animation, et les animatrices, avec l’enseignement, et les (futures) enseignantes.

“Les débuts du futur” : former de futur.e.s enseignant.e.s à la classe transplantée

Volet important du programme de recherche Clasmer, l’axe « futur » est consacré à la formation de futur·e·s enseignant·e·s de l’école primaire qui suivent un master MEEF. En partenariat avec l’Inspé de Créteil (https://inspe.u-pec.fr/), et dans le cadre d’un module d’initiation et de formation à la recherche (IFR) porté par Gilles Brougère, Amandine Chapuis et Anaïs Flores, consacré au dispositif des classes de découverte. Selon un programme expérimental et original, la formation profite de son insertion dans le projet de recherche pour s’appuyer sur les dernières avancées des travaux menés jusqu’à présent.

Les objectifs poursuivis sont les suivants : « connaître l’histoire et le fonctionnement des classes de découverte, les classes de mer »,  découvrir les projets et formes pédagogiques mobilisées », « interroger les modalités de collaboration entre les différents professionnels présents », « analyser les modalités d’apprentissage formelles (ou scolaires) et informelles liées à la dimension touristique de l’activité et au fait de partager la vie quotidienne pendant le séjour » et enfin, « comprendre l’expérience vécue par les enfants ».

Comme les autres IFR d’un master, celle-ci articule des séances de découverte et d’approfondissement de plusieurs thématiques en vue de la réalisation d’un mémoire qui portera sur les classes de découverte et d’autres dispositifs qui peuvent s’en approcher en mobilisant plusieurs disciplines et démarches méthodologiques. Cas particulier, cependant, cette IFR repose sur un premier séjour, à l’image d’une classe de mer, en Finistère pour réaliser une formation en immersion sur un ancien terrain de recherche et un centre et des professionel·le·s qui accueillent toujours des classes de mer.

Après une première séance à Créteil, et depuis peu, un groupe d’étudiant·e·s, volontaires, est parti au centre nautique de l’Île-Tudy pendant cinq jours. En plus des séances d’enseignement pluridisciplinaire réalisés par l’équipe de recherche, elles vivront des activités typiques des classes de mer comme le nautisme ou la pêche à pied et son exploitation pédagogique à travers l’aquarium.

Échos de Cergy

Lors du colloque consacré à l'”École du 21e siècle” (https://colloque-lp21.sciencesconf.org/), organisé à Cergy et réunissant plus de 600 participant·es (voir le Café pédagogique), des membres de l’équipe ont participé à l’animation d’un symposium déjà annoncé sur le blog (https://clasmer.hypotheses.org/537), avec des collègues de la recherche TAPLA (https://tapla.hypotheses.org/), et ont présenté des travaux issus de la recherche.

Des écoles de plein air aux forest schools en passant par les écoles du dehors, des actions d’éducation à l’environnement, jusqu’aux aux classes de mer, nous avons pu échanger pendant toute une matinée, malgré le RER A, sur plusieurs dispositifs pédagogiques qui investissent le “dehors” de différentes façons. En quelques mots, on résume ci-dessous les différentes interventions à la suite de l’introduction de Florence Bouillon.

En premier, Julie Delalande (voir sa page) a présenté les expériences d’une école maternnelle normande où plusieurs classes sortent une matinée par semaine, toutes les semaines, dans une forêt. À partir des entretiens avec les enseignant·es et des observations des pratiques enfantines, elle a interrogé la “liberté”, selon le terme employé, accordée aux enfants et comment elle était investie dans les usages des bâtons et des vers de terre.

En deuxième, Malo Camus (sa page) nous a plongé dans les classes de mer à travers une analyse historique de leur développement depuis les années 1960 jusqu’aux récentes aires marines éducatives (voir un billet précédent) pour interroger comment l’éducation au milieu marin serait devenu un enjeu pour l’Éducation nationale.

En troisième, Étienne Guillaud a continué d’exploiter les données récoltées par le projet Clasmer en analysant l’offre éducative de plusieurs centres nautiques et comment se construit leur qualité. Il a reposé son analyse sur plusieurs trajectoires d’éducateurs et d’éducatrices pour souligner comment leurs dispositions soutenaient des modalités d’appropriation de leur travail et la réalisation des activités proposées tout comme les relations aux enseignant·es.

Après une courte pause, Émilie Martin (page personnelle) a présenté son étude de plusieurs dispositifs pédagogiques près d’une ville normande : un club naturaliste, une forest school et un séjour de vacances. Si tous ont le point commun d’investir la nature et le plein air, elle interrogeait leurs spécificités et leurs filiations pédagogiques à partir de documents, d’observations et d’entretiens avec différents acteurs tout comme leur distance à la forme scolaire.

Enfin, Crystèle Ferjou (une présentation) et Aurélie Zwang (ses travaux) ont présenté leur analyse du partenariat établi entre des acteurs et des actrices du monde de l’éducation à l’environnement avec les cadres de l’Éducation nationale autour d’une recherche-action participative engagée depuis quelques années : Grandir avec la nature (présentée ici) en se focalisant, plus particulièrement, sur le cas d’un département.

Par ailleurs, suite aux échanges riches et nombreux et plus des prolongements éventuels autour de la notion de “forme scolaire”, il est envisagé d’en réaliser une publication collective.

Le projet CLASMER présenté à Boulogne-sur-Mer

Gilles Brougère et Julien Fuchs ont représenté le projet CLASMER lors des 3èmes rencontres territoriales de la Fondation de France (“Les futurs du monde du littoral et de la mer. Le tourisme face aux changements : quelle transition ?”), les 30 septembre et 1er octobre 2021. La rencontre consistait en une présentation de projets financés par la Fondation de France ; y ont donc participé des chercheurs, mais aussi des acteurs locaux du tourisme et de l’environnement, des représentants de la Fondation de France et des étudiants du Master Tourisme de Boulogne-sur-Mer. Cette rencontre a été un riche moment d’échanges entre chercheurs, nous permettant d’échafauder quelques partenariats, mais aussi de situer CLASMER dans le paysage des recherches contemporaines sur les usages et l’environnement sur le littoral.

Des publications dans Norois

Récemment, le dernier numéro (n° 258) de la revue Norois (voir le site web), revue généraliste de géographie portant généralement sur l’Ouest de la France, le dossier coordonné par Jean-Pierre Augustin et André Suchet est consacré aux “activités sportives dans l’espace littoral“.

Parmi les articles réunis sur les fêtes maritimes ou les clubs de plage, nous pouvons retrouver deux articles de membres de l’équipe CLASMER.

Couverture de la revue Norois

L’article d’Étienne Guillaud, dont le titre est Vers le littoral. La dimension spatiale des mobilités professionnelles des éducateurs sportifs en nautisme, interroge la passion des éducateurs et éducatrices qui serait la principale “motivation” pour appréhender l’orientation de ces professionnel·le·s en proposant une autre explication par les attraits du littoral et du bord de mer. Par l’entremise de l’emploi, cette mobilité résidentielle tient un rôle important dans les trajectoires des personnes interrogées quand leurs cursus scolaires et professionnels ont pu être sources de difficultés. À plusieurs niveaux, ces analyses permettent de mieux comprendre un des acteurs “clés” dans l’expérience des classes de mer.

Plus spécifiquement dédié aux classes de mer, l’article collectif (Les classes de mer finistériennes à l’épreuve de leur diffusion spatiale. L’ancrage territorial d’un modèle éducatif militant) de Malo Camus-Le Pape, Emmanuelle Peyvel, Julien Fuchs et Nicolas Bernard, les aborde sous un même angle spatial et historique. En se centrant sur le Finistère, les auteur·es suivent la diffusion des classes de mer au sein du département pour un devenir un “dispositif plébiscité par nombre d’enseignant·es”. Si ces classes sont d’abord des initatives locales, un modèle s’est peu à peu constitué à l’appui des pouvoirs publics et l’article interroge, pour finir, les difficultés actuelles de ce dispositif en lien avec les évolutions sociales actuelles. Intentions qui croisent, évidemment, le projet de recherche CLASMER.

Coulisses et transcriptions

Après plusieurs sessions d’enquêtes de terrain (durant l’hiver, par ici, ou au début de l’été, par là), et ce malgré la pandémie avec des conditions adaptées, une importante somme de données s’est accumulé au fil des semaines. Que ce soit des photos, des notes d’observations ou des enregistrements d’entretiens avec des enfants et des adultes (enseignant·es, professionel·le·s des centres nautiques…), un travail moins visible peut alors débuter consistant à gérer tous ces matériaux, puis à les transcrire.

Tour de parole après tour de parole, question après question, un souvenir exprimé, des expressions ou un geste perceptible, une intonation particulière, des rires partagés ou encore un long silence peuvent être chargés de significations. Comme illustré, chaque entretien – individuel ou collectif – est retranscrit entièrement, ce qui peut s’avérer particulièrement chronophage. Pourtant, il s’agit d’une étape qui est, d’une part, nécessaire avant toute analyse et, d’autre part, importante, car elle permet de s’imprégner petit à petit des propos tenus par des enfants comme des professionnel·le·s ; propos qui se sont accumulés au fur et à mesure de la recherche et des années.

Après cette phase de transcriptions, et parfois de décodage, s’ensuit une anonymisation qui assure une forme de protection des personnes rencontrées comme des lieux enquêtés. À partir de la somme des matériaux collectés (observations, entretiens avec les enfants et les professionnel·le·s, photos, documents…), pourra débuter le traitement, plus systématique, des données en s’appuyant, notamment, sur leur croisement entre les classes de mer que nous avons pu suivre ces derniers mois. Ces analyses seront ensuite soumises à des événements scientifiques (colloque ou journée d’études tel le futur symposium) et pourront faire l’objet de publications (tels les récents articles dans la revue Norois), diffusant ainsi les résultats de nos recherches.

Quelques pépites d’archives

Le premier axe du projet de recherche est consacré à la dimension historique des classes de mer. Brièvement, il s’agit d’étudier les mémoires des séjours, qu’elles soient écrites ou orales. Cela peut se dérouler par l’intermédiaire d’entretiens avec des ancien·ne·s acteurs et actrices au sein d’associations et d’organisations fédératives, des retraité·es de centres de nautiques ou participant à d’autres instituions gravitant autour des classes de mer. D’autre part, et comme un billet précédent l’évoquait (voir Le goût iodé de l’archive), il s’agit de repérer et compulser des archives personnelles ou institutionnelles, voire de sensibiliser à leur conservation (en collaboration avec le PAJEP, qui s’occupe Archives privées de la jeunesse et de l’éducation populaire).

Parmi les documents collectés, nous avons pu profiter de l’important fond conservé par la cinémathèque de Bretagne (https://www.cinematheque-bretagne.bzh). Ainsi, de nombreux films amateurs super 8, muets et en noir et blanc, sont disponibles suite à leur numérisation. En particulier, plusieurs donnent l’occasion de voir des courtes séquences de classes de mer bretonnes des années 1970 et 1980, voire y sont entièrement dédiés.

De la même façon, au sein de la collection de l’INA (Institut National de l’Audiovisuel), il est possible de consulter un important fond de vidéos, en majeur partie constitué par les le réseau régional de France 3 et, en particulier, de régions côtières (dont 89 rien que pour la Bretagne) lors des journaux d’actualités (ou au niveau national avec l’émission Thalassa). En particulier, on pourra retenir le long reportage réalisé pour l’émission Les maternelles sur France 5 en mai 2004 (et rediffusé par la suite) qui, jour après jour, suivait le cours d’une classe de mer (lien). En plus du matériau, il est possible de suivre la diffusion, depuis les années 1960, de ce dispositif pédagogique singulier à travers plusieurs canaux de communication, dont la télévision.

À côté des archives papiers, ces matériaux sont précieux pour donner à voir des tranches de vie “passée” des classes de mer ; un aperçu autrement animée de leur déroulement depuis les sorties en mer, la vie quotidienne d’un centre ou des balades sur le littoral…

Terrain collectif et estival à Beg Porz

Cette semaine, le domaine de Beg Porz à Moëlan-sur-Mer accueille quatre chercheurs de l’équipe, le temps d’une classe de mer venant de Guern dans le Morbihan. Pendant plusieurs mois, les séjours scolaires avec nuitée(s) ont été suspendus en attendant l’amélioration de la situation sanitaire. La levée récente des restrictions a permis à de rares écoles de réaliser une classe de découverte peu de temps avant la fin de l’année scolaire.

Au programme pour les enfants : de l’optimist sur le Bélon avec des conditions agréables, une pêche à pied miraculeuse dans une pouponnière de congres et d’autres ateliers profitant du cadre de la ria. Bien entendu, il y a eu des moments inoubliables de vie commune, comme le visionnage enthousiaste d’une mi-temps de match de l’équipe de France, avec les copains et les copines du lever au coucher, un temps loin des parents.

En plus des observations, nous avons pu mener plusieurs entretiens avec différentes personnes du centre afin de mieux saisir leurs activités et leur travail pendant les classes de mer, ainsi que réaliser des focus groups avec les enfants accueillis pour en apprécier les expériences.

Une séance — observée — de pêche à la balancine dans le port du Bëlon

Après plusieurs mois de vie académique, le plus souvent à distance par l’intermédiaire des visioconférences, ce fût une occasion de faire grandement avancer le programme de recherche en récoltant de nouvelles données. C’était aussi l’occasion pour notre équipe de se retrouver entre collègues pour échanger de vive voix et partager nos dernières avancées.

Merci donc à l’école des Korrigans de Guern et au centre de Beg Porz pour leur accueil.

Un poulpe découvert lors de la pêche à pied