Participation au 12e journées sur l’enfance au quotidien

Comme chaque année, le laboratoire CIRNEF (Universités de Caen et Rouen) organise une journée d’études le 2 décembre 2020, ouverte à tout⋅e⋅s, portant sur l’enfance à partir d’une thématique spécifique. Pour cette douzième édition, elle s’intéresse aux : « Enfants et jeunes dans les espaces extérieurs naturels : quelles socialisations, quelles éducations ? » dont voici un extrait de l’argumentaire (voir le site) :

Cette année, nous examinerons les contacts que les enfants et les jeunes ont avec les éléments naturels ou vivants présents dans leur environnement extérieur et quelles expériences se développent dans ces rapports au milieu. Quels en sont les effets sur leurs relations entre pairs et avec les adultes ? Qu’est-ce qui fait sortir les enseignants de leur classe, qu’est-ce qui organise les projets des travailleurs sociaux et des animateurs avec des enfants et des jeunes ? Leurs projets éducatifs et pédagogiques sont-ils centrés sur des questions sociales vives autour du bien-être, de la motivation, d’une sensibilisation aux questions écologiques et environnementales ?

À cette occasion, des membres de l’équipe de recherche participeront à une table ronde intitulée « Comment penser des dispositifs qui s’adressent à tous et qui aient comme objectifs la réussite éducative de tous ? » Et pour de amples détails et informations, le programme est disponible au lien suivant : programme (sachant que la participation est gratuite mais qu’une inscription est nécessaire).

Quand l’actualité rattrape la recherche

Nous vous invitons à lire les deux tribunes publiées le 28 avril dans Le Monde et Libération, sur l’école du dehors et les colonies de vacances… Les classes de mer sont pleinement concernées par ce mouvement !

https://www.lemonde.fr/education/article/2020/04/27/coronavirus-et-si-nous-faisions-la-classe-dehors_6037935_1473685.html

https://www.liberation.fr/debats/2020/04/24/pour-que-vivent-les-colos_1786197

Suite à la pandémie du coronavirus et le confinement de la majeure partie de la population, de nombreuses activités sont au ralenti voire à l’arrêt depuis plusieurs semaines. Dans le monde de l’éducation, la fermeture des établissements scolaires a, certes, provoqué un changement conséquent au sein de la famille où les parents devaient organiser l’instruction au domicile. Par ailleurs, même si ce la n’a pas eu le même écho médiatique, les accueils collectifs de mineurs (centres de loisirs, séjours de vacances…) ont aussi été fermés. Incidemment, comme d’autres dispositifs, les classes de découverte ont été annulées et les sorties scolaires interdites.

À l’opposé de l’expérience offerte et promue par les classes de découverte, basée sur le départ du domicile et l’éloignement du quotidien par le voyage, les enfants ont été confinés « entre quatre murs ». Expérience pour le moins atypique et inédite, plusieurs initiatives ont été prises pour recueillir leurs points de vue et leurs vécus notamment par l’émission « À hauteur d’enfants » réalisée par Claire Moutarde et Magali Harien pour France Bleu Héraut ou encore l’émission spéciale « Enfants confinés » réalisée par Clara Lecocq Réale pour France Culture. Aussi, Laurence De Cock a ouvert un blog « Enfants d’ici et d’ailleurs, enfants confinés » pour échanger et publier les lettres, dessins et témoignages d’enfants reçus ; inspirée des techniques du couple Freinet.

Suite aux premières déclarations préparatoires au déconfinement, il reste de nombreuses incertitudes et, en particulier, autour de la reprise de l’enseignement scolaire comme de l’organisation des vacances estivales. Il n’empêche qu’en écho avec le projet de dépaysement porté par les classes de mer, d’autres actualités viennent rencontrer les préoccupations de la recherche CLASMER. Ainsi, une première tribune publiée dans Le Monde appelle à « faire la classe dehors » à la manière des classes transplantées issues des innovations pédagogiques de l’après-guerre tandis qu’une deuxième tribune publiée dans Libération, « pour que vivent les colos« , sollicite le soutien des pouvoirs publics pour le départ en « colos ». Elles qui ont été fondées sur le déplacement et des préoccupations sanitaires au début du 20e siècle, de nombreux établissements — organisant notamment des classes de découverte — se retrouvent actuellement menacés (économiquement) de disparaître.

Ces actualités viennent directement interroger le rôle et la place des classes de découverte, et de mer en particulier, dans le futur et on peut espérer que la recherche pourra accompagner — et documenter avec soins — cette période « historique ».

Parution !

Julien Fuchs coordonne l’axe 1 du projet de recherche, consacré à la mémoire des classes de mer. Le livre issu de sa thèse d’habilitation vient de sortir aux Presses du Septentrion : Le temps des jolies colonies de vacances. Au cœur de la construction d’un service public, 1944-1960.

Le temps des jolies colonies de vacances, Au cœur de la construction d'un service public, 1944-1960

Le goût (iodé) de l’archive

Dans le cadre du projet, nous avons commencé à nous rendre dans les centres pour recenser et récolter leurs archives.
C’est en effet l’objectif de l’axe 1 que de participer et d’encourager la sauvegarde de cette mémoire locale en péril en formant les centres à l’archivage de leurs documents (tri et dépôt).
Notre intention est d’abord de constituer un guide des sources afin d’exploiter ces archives. Ces dernières nous aident à comprendre les évolutions qu’ont connues les centres nautiques et les classes de mer dans leur projet d’éducation à la mer. En parallèle, nous menons des entretiens avec différents acteurs de l’histoire des classes de mer, qui incarnent la mémoire du dispositif éducatif et qui nous fournissent des matériaux précieux d’histoire orale.

Malo Camus et Fabien Clouette en visite au centre nautique municipal de Douarnenez. Ici, Malo capture une série de photos des années 1970, époque des « classes en mer ».

Intervention de Malo Camus à l’IFEPSA

Jeudi et vendredi, l’IFEPSA organise les journées d’étude « Éducation Physique : conceptions et débats dans la seconde moitié du XXe siècle ». Malo Camus, doctorant et membre de l’équipe CLASMER de l’UBO interviendra dans le cadre de la première session du jeudi, sur le sujet « Jacques Kerhoas, inventeur des classes de mer ».

Démarrage du terrain 2020 !

Le terrain 2020 a commencé ! Cette semaine, des déplacements étaient programmés dans plusieurs centres finistériens, dont Rosquerno, sur l’estuaire de la rivière de Pont l’Abbé et Beg Porz, sur le Bélon !

Les rendez-vous permettent à l’équipe de prendre connaissance du planning des centres, qui se préparent à accueillir leurs premières classes de mer en mars. L’équipe CLASMER se rendra ensuite à trois reprises dans les centres au printemps et à l’automne pour observer le déroulé de plusieurs classes et mener des entretiens avec les professionel.le.s, les instituteur.rice.s, et les élèves (focus groups). Un terrain ethnographique sera également mené tout au long de la saison sur place dans différents centres.

L’objectif de ces premières visites est de comprendre les spécificités de chacun des centres. Si tous proposent des classes de mer sur une période plus ou moins longue de l’année, les offres et organisations varient grandement : centre nautique, structure associative ou municipale, village de vacances…

Il s’agit également de présenter aux personnels des centres les enjeux du programme de recherche, qui concerne une part importante, mais non exclusive, de leur activité.

CLASMER

Bienvenue sur le blog de CLASMER, un projet de recherche regroupant des chercheurs en sciences de l’éducation, géographie, histoire, architecture, anthropologie, économie, sociologie du travail, des loisirs et de l’environnement. Clasmer est mené par Emmanuelle Peyvel et soutenu par la Fondation de France.
L’objet de ce blog est de présenter l’avancée du travail des chercheur.e.s, de l’approche du terrain aux publications.