Clasmer dans Télérama

Nous remercions Télérama et Marion Rousset d’avoir écrit cet excellent article sur la situation des classes de découverte et de s’être appuyée sur les travaux de notre programme Clasmer en interviewant Julien Fuchs.

L’article est à retrouver en intégralité ici : https://www.telerama.fr/enfants/entre-incitation-et-desaffection-les-classes-de-decouverte-peinent-a-reprendre-leur-souffle-7020059.phhp

L’exposition “La mer c’est classe !” s’exporte

Après son inauguration à la salle des Abords, l’exposition a été présentée à la Bibliothèque Universitaire du Bouguen à Brest jusqu’à fin janvier 2024.

Depuis mi-février, elle est présentée dans le hall d’accueil des Archives Départementales du Finistère à Quimper. Merci à Laure Welschen et à nos collègues des AD de leur intérêt pour ce projet et de la manière dont ils et elles ont superbement réussi à la mettre en valeur !

Toutes les infos pour préparer votre visite d’ici le 19 avril ici !

Parution du dossier “Faire classe dehors ?”

Paru en fin d’année dernière, ce dossier sur la “classe dehors” a été réalisé au croisement du programme CLASMER et du programme TAPLA (https://tapla.hypotheses.org/) ; tous deux s’intéressant aux pratiques éducatives de plein air. Vous trouverez ci-dessous la quatrième de couverture pour résumé.

De nombreux ouvrages grand public ont pointé, au cours des dernières années, la « déconnexion » des enfants d’avec la nature. Avec le premier confinement dû à la pandémie de Covid-19, les pédagogies de plein air ont fait l’objet d’une médiatisation renouvelée, faisant écho à une sensibilité croissante de nombreux·ses actrices et acteurs de l’éducation. C’est à cette actualité d’une école qui voudrait « sortir des murs », ainsi qu’à ses présupposés philosophiques, pédagogiques et politiques, que s’intéresse ce numéro.

Comment les écoles du dehors actuelles rencontrent-elles l’histoire longue des pédagogies du plein air ? Qui sont les acteurs et les réseaux qui promeuvent aujourd’hui l’éducation relative à l’environnement ? Concrètement, que veut dire faire classe dehors : quels sont les espaces investis, avec quelles conséquences sur le fonctionnement des écoles, et quels effets sur les publics – enfants et enseignant·es – concernés ? Comment, enfin, se rejouent les frontières du dedans et du dehors, voire les frontières mêmes de l’école, au sein de tels projets et pratiques ?

À travers six articles ancrés dans plusieurs contextes nationaux, ce dossier pluridisciplinaire comporte également deux témoignages et un entretien, permettant d’approfondir la dimension historique de « l’école dehors » et le sens que lui donnent les enseignant·es la mettant en œuvre aujourd’hui. Il est notamment question des classes dans l’article de Étienne Guillaud, Fabien Clouette et Malo Camus-Le Pape, Entre volonté éducative et impératifs économiques : gérer et promouvoir les centres de classes de mer en Finistère.

Enfin, ce numéro est librement et gratuitement accessible en ligne à l’adresse suivante : https://journals.openedition.org/gc/19070/

“La mer, c’est classe !” L’exposition est ouverte du 9 novembre au 14 décembre 2023 à la salle des Abords, site de Segalen, UBO

Nous l’attendions avec impatience, et l’exposition imaginée depuis un an par l’équipe Clasmer, est enfin ouverte au public !

Le vestiaire d’entrée
L’optimist prêté par le centre nautique de Douarnenez

Coordonnée par Julien Fuchs (Professeur d’histoire à l’UBO), Géraldine Le Roux (Maître de conférences en anthropologie, UBO) et Emmanuelle Peyvel (Maître de conférences en géographie, UBO), cette exposition a été imaginée en étroite collaboration avec des étudiantes dès le début du projet : Maureen Guiard, Romane Guiard, Constance-Philippine Pécard et Pauline Stephan du Master “Patrimoine et Musées” de Quimper, pour imaginer la scénographie, puis l’équipe du DesignLab Transitions de l’EESAB-site de Brest, Hermine Huet et Maïwenn le Floc’h, qui ont concrétisé la construction d’une exposition qui sera ensuite itinérante.

Le communiqué de presse de l’UBO en synthétise les aspects pratiques et scientifiques.

Le vernissage de l’exposition a eu lieu le 9 novembre, l’occasion pour l’équipe de présenter d’abord son travail aux élèves de CE1 de l’école Jacques Kerkoas de Brest :

Le vernissage a permis également de remercier nos différents partenaires impliqués depuis plusieurs années dans cette recherche, notamment les centres nautiques, F360 et l’éducation nationale, ainsi que nos bailleurs et laboratoires respectifs pour leur soutien.

Pascal Olivard, Président de l’UBO
Daniel Cueff, Vice-président Mer et Littoral à la région Bretagne
Julie Vallat, Fondation de France
L’équipe Clasmer présente avec de gauche à droite : Baptiste Besse-Patin, Fabien Clouette, Etienne Guillaud, Amandine Chapuis, Emmanuelle Peyvel et Julien Fuchs

Nous remercions les médias suivants d’en avoir assuré la couverture :

– Ouest France, 30/10/23, “Les classes de mer sont nées dans le Finistère : une histoire exposée à l’UBO, jusqu’au 14 décembre”

– Le Télégramme, 24/11/23, “Pourquoi les classes de mer marquent-elles autant de générations en Bretagne  ?”

– Radio evasion, 21/11/23, “La mer, c’est classe !”

– Tébéo, 15/11/23, “Exposition : La mer, c’est classe !

– Sciences Ouest, 30/11/23, “Dans les coulisses de l’exposition « La mer c’est classe !

– 20 minutes, 12/11/23, “Bretagne : Soixante ans après leur création, les classes de mer ont toujours le vent en poupe

Participation à la journée d’étude “Classes de découvertes” de Jeunesse au Plein Air (4 octobre 2023, Grenoble)

Gilles Brougère et Emmanuelle Peyvel étaient invités à présenter le programme Clasmer et une synthèse de ses résultats par Jeunesse au Plein Air, qui organisait une journée d’étude aux classes de découverte, en partenariat avec les CEMEA (Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active) et l’OCCE (L’Office Central de la Coopération à l’École).

Intitulée “Comprendre l’expérience des classes de mer”, leur communication s’est attachée dans un premier temps à présenter une radiographie des classes de mer en Finistère à partir de cartes et de statistiques, démontrant que les séjours connaissent une certaine saisonnalité (avec un troisième trimestre qui reste le temps fort des classes les plus lointaines), qu’ils sont aussi plus courts et moins soutenus institutionnellement, ce qui fragilise la démocratisation sociale et spatiale du bord de mer qui fait pourtant partie de leur mission historique. Dans un second temps, Gilles Brougère a insisté sur l’expérience éducative originale que sont ces classes de mer : les enfants ont dans l’ensemble le sentiment d’avoir appris, différemment, le long du chemin.

L’exposition « La mer c’est classe ! » en construction !

L’exposition finale du projet CLASER sera présentée du 9 novembre au 14 décembre 2023, à la salle des Abords de l’Université de Bretagne Occidentale.

L’équipe du Designlab de l’EESAB, autour de Sarah, Maïwenn et Hermine, sont en ce moment en plein dans les préparatifs ! Les premières planches sont d’ores et déjà imprimées.

Pensée pour être itinérante, l’exposition sera également présentée en 2024 à l’INSE de Quimper, à la bibliothèque La Pérouse, à la bibliothèque du Bouguen de Brest, aux archives départementales du Finistère à Quimper, au salon Nautic de Paris, etc.

Participation au colloque du CUIP sur l’éducation nouvelle, 28-30 juin 2023

Baptiste Besse-Patin et Julien Fuchs ont représenté CLASMER au colloque du CUIP à Paris, avec des communications autour des classes de mer. Complémentaires aux travaux historiques sur les mouvements pédagogiques, les trajectoires militantes, des dispositifs expérimentaux dans plusieurs domaines — de l’école au monde psychiatrique — et à l’actualité des pratiques d’éducation nouvelle, plusieurs sessions ont été consacrées au “plein air” et à l’éducation populaire où s’inscrivent les classes de découvertes.

Vous retrouverez le programme à l’adresse suivante (https://pupitre.hypotheses.org/8277) et une publication des actes devrait prolonger les riches échanges de ces trois jours.

Participation aux Rencontres Internationales de la Classe dehors à Poitiers

Du 31 mai au 3 juin se déroulaient les rencontres internationales de classe dehors, à Poitiers. Cet évènement atypique, où l’ensemble des communications et ateliers ont eu lieu en plein air dans le parc de Blossac, a permis de regrouper scientifiques et professionnels pour réfléchir aux pratiques liés à la classe dehors.

Communications de Julien Fuchs, Anne Renoux et Bréwal Soyez–Lozach sur l’éducation à l’environnement marin dans le parc de Blossac

Ce moment fut l’occasion pour Julien Fuchs, de CLASMER, de présenter dans une perspective historique les initiatives menant à considérer le milieu naturel, en l’occurrence le littoral, comme un élément pédagogique à part entière. Il était accompagné de Anne Bertin-Renoux et de Bréwal Soyez Lozac’h, du groupe RAME, qui ont discuté des enjeux liés aux Aires Marines Educatives.

Participation à l’université d’été du réseau des Inspé (3-5 juillet 2023) à Lyon consacrée à l’éducation à la durabilité

Le 4 juillet 2023, Amandine Chapuis et Emmanuelle Peyvel étaient invitées par l’inspé de Lyon à présenter un retour d’expérience sur le programme Clasmer en général, et la formation à la classe de découverte en particulier, dans le cadre de leur université d’été. Celle-ci avait pour titre “Quelles pistes pour l’éducation et la formation à la durabilité ?”.

Leur communication, intitulée “Former aux classes de découverte. Réflexions sur les conditions sociales du rapport à la “nature” à partir du programme Clasmer” avait pour objectif d’une part d’articuler l’impact des propriétés sociales des participant.e.s au rapport au milieu et aux activités du séjour ; d’autre part de questionner les vertus de l’immersion : loin d’essentialiser le fait de plonger les apprenant.e.s dans la matérialité des milieux, nous avons plutôt insisté sur l’importance des apprentissages par le corps et de la secondarisation du langage. Poursuivant les conclusions de P. Freire (2013, Pédagogie de l’autonomie), nous avons dessiné les enjeux des classes transplantées en termes d’émancipation, nourrissant la justice environnementale de demain.

Les échanges plus généraux ont permis de confronter les pratiques enseignantes et les postures des élèves ( par des retours d’expérience, comme des parcours exploratoires à la Croix-Rousse par exemple) à des paroles institutionnelles sur l’éducation à la durabilité, le rapport au réel et l’éco-anxiété.

Vous pouvez retrouver le programme, les présentations et les vidéos en replay sur le site de l’inspé de Lyon

.

Soutenance du projet tutoré “La mer c’est classe”

Plus de six mois après notre première rencontre avec les étudiantes du Master “Patrimoine et Musées” de Quimper, la restitution de ce projet tutoré d’ampleur a eu lieu à Quimper. Le projet Clamser constitue la concrétisation de longues et riches années de recherches à travers la diffusion et la vulgarisation de propos scientifiques. Dans la même veine, l’aboutissement du projet tutoré, dont le but était la construction d’une exposition permettant de relater du programme CLASMER, illustre tout le travail accompli dans un esprit de collaboration, de partage et d’apprentissage.

Merci à Maureen Guiard, Constance-Philippine Pécard, Pauline Stéphan et Romane Guiard d’avoir cru en ce projet, de l’avoir réalisé avec tant de talent et de passion. L’exposition “La mer c’est classe !”, n’en doutons pas, sera un succès grâce à ce travail ! Bon vent à vous, maintenant, pour vos stages de Master 1, qui vous ouvriront vers d’autres horizons. Mais nous sommes sûrs que cette expérience autour des classes de mer rejaillira quelque part dans votre trajectoire.

Il reste encore du travail à l’équipe CLASMER pour finaliser tout ce processus, et c’est désormais avec des étudiantes de Master 1 de l’EESAB et avec l’aide du DesignLab de cette école que la concrétisation se fera. Un beau passage de témoin a eu lieu au cours de cette soutenance.

Publication dans la revue Espacio, Tiempo y Educacion: “Marine environmental education in French schools: from sea classes to educational marine areas (1964-2022)”

Un article écrit par Malo Camus-Le Pape et Julien Fuchs a été publié dans la revue Espacio, Tiempo y Educacion. L’article est à retrouver en intégralité ici:

Résumé: “L’article s’intéresse à l’éducation au milieu marin en France. Dans une perspective historique, l’auteur étudie les initiatives menant à considérer le milieu naturel, en l’occurrence le littoral, comme un élément pédagogique à part entière. Le développement de l’article détaille l’apparition et la généralisation de deux dispositifs scolaires innovants, apparaissant comme des originalités du système éducatif français : les classes de mer, créées en 1964, et les aires marines éducatives, apparues en 2012. En se basant sur un riche travail d’archives et sur des témoignages inédits d’acteurs s’étant investis à toutes les périodes de ces modèles, l’article met en lumière la manière dont ces dispositifs d’éducation au milieu marin se structurent et évoluent, tant dans leurs modalités que dans les objectifs poursuivis. Surtout, l’auteur cherche à démontrer que si ces modèles sont institutionnalisés par l’Éducation nationale et participent à enrichir l’offre éducative française, ils ne naissent pas directement d’une volonté académique mais sont plutôt issus d’initiatives locales portées par des acteurs possédant des réseaux d’action permettant à leurs projets de gagner en importance et d’être reconnus au sein du système scolaire. Enfin, l’étude démontre que la réussite de ces dispositifs et l’engouement qu’ils suscitent de la part des acteurs éducatifs légitime la place de la nature à l’école. Les entretiens menés, notamment auprès d’enseignants, mettent en avant le fait que l’environnement naturel, considéré comme un espace d’apprentissage, contribue à renforcer les apprentissages et à multiplier la motivation des apprenants. Dès lors, la question du développement de ces dispositifs hors du territoire français se pose.”

Nouveau (et dernier) terrain collectif à Moulin-Mer

Pour ce qui devrait être notre dernier terrain collectif dans le cadre du projet CLASMER, le choix était évident : Moulin-Mer, à Logonna-Daoulas. Pourquoi ? Car c’est ici que les premières classes de mer ont eu lieu, sous l’impulsion de Jacques Kerhoas, en 1964. Une stèle nous rappelle encore cette histoire.

Nous nous sommes donc retrouvés au centre de Moulin-Mer pour suivre des classes d’une école située à Hédé (Ille-et-Vilaine) du 2 au 6 mai. Si les classes de mer constituent encore une priorité du centre, et un marqueur fort de son identité, précisons d’emblée que celui-ci n’a pas échappé aux transformations propre à ce type d’établissement lors de ces dernières décennies. Les locaux sont aujourd’hui bien plus vastes et, bien entendu, mis aux normes de confort et de sécurité de notre époque ! Aussi, le centre, pour trouver son équilibre économique, a du diversifier son offre, notamment avec l’organisation de séminaires ou de séjours touristiques pour les groupes.

L’espace du centre, où se déroule notamment les récréations

Au fond de la rade de Brest, dans un cadre magnifique, nous avons donc suivi deux classes (CM1-CM2, CE2-CM1) dans leurs activités, qui sont d’abord des « grands classiques » des classes de mer : activités de voile et kayak, découverte de la faune et de la flore locale avec la pêche à pied ou des randonnées, classification des espèces… Quelques originalités locales aussi, comme l’usage d’un microscope fort perfectionné ou bien une balade « en barge » pour observer des phoques ou découvrir le patrimoine local (cimetière de bateaux, abbaye de Landevennec…). Des activités parfois égayées par des imprévus comme la présence de Randy, un dauphin passant dans la rade de Brest… qui suscite autant d’émois chez les enfants que parmi les adultes !

Pour les enfants, un tel séjour est aussi un moment de vie collective, loin des parents, animé par le partage des chambres, de longues récréations en plein air et même une « boum » du jeudi soir (où l’on danse encore, visiblement, la macarena !).

Malgré le plaisir du cadre (avouons-le, nos terrains ne sont pas désagréables…), nous n’oublions pas le travail de recherche : attention constante à ce qui est dit et fait, prise de notes minutieuses, réalisation d’entretiens… Une telle semaine, c’est avant tout l’exploration de nouvelles configurations et par là des avancées pour le projet et pour l’élaboration des résultats. Ces derniers commencent à s’affiner autour de la variété des manières d’investir le travail d’éducateur en classe de mer, sur les différentes formes de coopération entre enseignants et éducateurs, sur les rapports des enfants à de tels séjour, où ils se sentent tout à la fois « à l’école » et « en vacances »… L’analyse des données est encore en cours.

En attendant, un grand merci à l’équipe de Moulin-Mer et à l’équipe enseignante d’avoir accepté notre présence !

Et pour finir, les paroles, entendues lors de l’observation d’une randonnée sur le sentier littoral, d’un éducateur aux enfants : « Ici la salle de classe, c’est le chemin  ». En l’occurrence, celui qu’ils et elles empruntent pour observer directement l’environnement.

Au-delà de la petite phrase, toute une ambition pédagogique…

Journée d’études “Les sciences aiment l’EPS” – 12 mai 2022, Brest

Les Aires Marines Educatives à l’honneur d’une journée de recherche-formation à Brest…

Les étudiants du Master MEEF de Brest, en lien avec le Groupe-ressources académique sur l’éducation à l’environnement et l’Ecole normale supérieure de Rennes, organisent cette journée de formation qui associera chercheurs et enseignants. Les AME feront l’objet de plusieurs présentations, notamment de la part des étudiants du Master MEEF qui ont mené des investigations en 2021-2022 sur les AME de Bretagne.

Programme de la journée ici.