Échos de Cergy

Lors du colloque consacré à l'”École du 21e siècle” (https://colloque-lp21.sciencesconf.org/), organisé à Cergy et réunissant plus de 600 participant·es (voir le Café pédagogique), des membres de l’équipe ont participé à l’animation d’un symposium déjà annoncé sur le blog (https://clasmer.hypotheses.org/537), avec des collègues de la recherche TAPLA (https://tapla.hypotheses.org/), et ont présenté des travaux issus de la recherche.

Des écoles de plein air aux forest schools en passant par les écoles du dehors, des actions d’éducation à l’environnement, jusqu’aux aux classes de mer, nous avons pu échanger pendant toute une matinée, malgré le RER A, sur plusieurs dispositifs pédagogiques qui investissent le “dehors” de différentes façons. En quelques mots, on résume ci-dessous les différentes interventions à la suite de l’introduction de Florence Bouillon.

En premier, Julie Delalande (voir sa page) a présenté les expériences d’une école maternnelle normande où plusieurs classes sortent une matinée par semaine, toutes les semaines, dans une forêt. À partir des entretiens avec les enseignant·es et des observations des pratiques enfantines, elle a interrogé la “liberté”, selon le terme employé, accordée aux enfants et comment elle était investie dans les usages des bâtons et des vers de terre.

En deuxième, Malo Camus (sa page) nous a plongé dans les classes de mer à travers une analyse historique de leur développement depuis les années 1960 jusqu’aux récentes aires marines éducatives (voir un billet précédent) pour interroger comment l’éducation au milieu marin serait devenu un enjeu pour l’Éducation nationale.

En troisième, Étienne Guillaud a continué d’exploiter les données récoltées par le projet Clasmer en analysant l’offre éducative de plusieurs centres nautiques et comment se construit leur qualité. Il a reposé son analyse sur plusieurs trajectoires d’éducateurs et d’éducatrices pour souligner comment leurs dispositions soutenaient des modalités d’appropriation de leur travail et la réalisation des activités proposées tout comme les relations aux enseignant·es.

Après une courte pause, Émilie Martin (page personnelle) a présenté son étude de plusieurs dispositifs pédagogiques près d’une ville normande : un club naturaliste, une forest school et un séjour de vacances. Si tous ont le point commun d’investir la nature et le plein air, elle interrogeait leurs spécificités et leurs filiations pédagogiques à partir de documents, d’observations et d’entretiens avec différents acteurs tout comme leur distance à la forme scolaire.

Enfin, Crystèle Ferjou (une présentation) et Aurélie Zwang (ses travaux) ont présenté leur analyse du partenariat établi entre des acteurs et des actrices du monde de l’éducation à l’environnement avec les cadres de l’Éducation nationale autour d’une recherche-action participative engagée depuis quelques années : Grandir avec la nature (présentée ici) en se focalisant, plus particulièrement, sur le cas d’un département.

Par ailleurs, suite aux échanges riches et nombreux et plus des prolongements éventuels autour de la notion de “forme scolaire”, il est envisagé d’en réaliser une publication collective.