Le projet CLASMER présenté à Boulogne-sur-Mer

Gilles Brougère et Julien Fuchs ont représenté le projet CLASMER lors des 3èmes rencontres territoriales de la Fondation de France (“Les futurs du monde du littoral et de la mer. Le tourisme face aux changements : quelle transition ?”), les 30 septembre et 1er octobre 2021. La rencontre consistait en une présentation de projets financés par la Fondation de France ; y ont donc participé des chercheurs, mais aussi des acteurs locaux du tourisme et de l’environnement, des représentants de la Fondation de France et des étudiants du Master Tourisme de Boulogne-sur-Mer. Cette rencontre a été un riche moment d’échanges entre chercheurs, nous permettant d’échafauder quelques partenariats, mais aussi de situer CLASMER dans le paysage des recherches contemporaines sur les usages et l’environnement sur le littoral.

Des publications dans Norois

Récemment, le dernier numéro (n° 258) de la revue Norois (voir le site web), revue généraliste de géographie portant généralement sur l’Ouest de la France, le dossier coordonné par Jean-Pierre Augustin et André Suchet est consacré aux “activités sportives dans l’espace littoral“.

Parmi les articles réunis sur les fêtes maritimes ou les clubs de plage, nous pouvons retrouver deux articles de membres de l’équipe CLASMER.

Couverture de la revue Norois

L’article d’Étienne Guillaud, dont le titre est Vers le littoral. La dimension spatiale des mobilités professionnelles des éducateurs sportifs en nautisme, interroge la passion des éducateurs et éducatrices qui serait la principale “motivation” pour appréhender l’orientation de ces professionnel·le·s en proposant une autre explication par les attraits du littoral et du bord de mer. Par l’entremise de l’emploi, cette mobilité résidentielle tient un rôle important dans les trajectoires des personnes interrogées quand leurs cursus scolaires et professionnels ont pu être sources de difficultés. À plusieurs niveaux, ces analyses permettent de mieux comprendre un des acteurs “clés” dans l’expérience des classes de mer.

Plus spécifiquement dédié aux classes de mer, l’article collectif (Les classes de mer finistériennes à l’épreuve de leur diffusion spatiale. L’ancrage territorial d’un modèle éducatif militant) de Malo Camus-Le Pape, Emmanuelle Peyvel, Julien Fuchs et Nicolas Bernard, les aborde sous un même angle spatial et historique. En se centrant sur le Finistère, les auteur·es suivent la diffusion des classes de mer au sein du département pour un devenir un “dispositif plébiscité par nombre d’enseignant·es”. Si ces classes sont d’abord des initatives locales, un modèle s’est peu à peu constitué à l’appui des pouvoirs publics et l’article interroge, pour finir, les difficultés actuelles de ce dispositif en lien avec les évolutions sociales actuelles. Intentions qui croisent, évidemment, le projet de recherche CLASMER.

Coulisses et transcriptions

Après plusieurs sessions d’enquêtes de terrain (durant l’hiver, par ici, ou au début de l’été, par là), et ce malgré la pandémie avec des conditions adaptées, une importante somme de données s’est accumulé au fil des semaines. Que ce soit des photos, des notes d’observations ou des enregistrements d’entretiens avec des enfants et des adultes (enseignant·es, professionel·le·s des centres nautiques…), un travail moins visible peut alors débuter consistant à gérer tous ces matériaux, puis à les transcrire.

Tour de parole après tour de parole, question après question, un souvenir exprimé, des expressions ou un geste perceptible, une intonation particulière, des rires partagés ou encore un long silence peuvent être chargés de significations. Comme illustré, chaque entretien – individuel ou collectif – est retranscrit entièrement, ce qui peut s’avérer particulièrement chronophage. Pourtant, il s’agit d’une étape qui est, d’une part, nécessaire avant toute analyse et, d’autre part, importante, car elle permet de s’imprégner petit à petit des propos tenus par des enfants comme des professionnel·le·s ; propos qui se sont accumulés au fur et à mesure de la recherche et des années.

Après cette phase de transcriptions, et parfois de décodage, s’ensuit une anonymisation qui assure une forme de protection des personnes rencontrées comme des lieux enquêtés. À partir de la somme des matériaux collectés (observations, entretiens avec les enfants et les professionnel·le·s, photos, documents…), pourra débuter le traitement, plus systématique, des données en s’appuyant, notamment, sur leur croisement entre les classes de mer que nous avons pu suivre ces derniers mois. Ces analyses seront ensuite soumises à des événements scientifiques (colloque ou journée d’études tel le futur symposium) et pourront faire l’objet de publications (tels les récents articles dans la revue Norois), diffusant ainsi les résultats de nos recherches.