Un mois d’octobre entre terrain institutionnel et fin de saison “en classe”

Le 13 octobre dernier, l’équipe CLASMER était invitée à la journée du réseau classe de mer qui se tenait à Port-La-Forêt ; réunion organisée par Nautisme en Bretagne. Cette journée était l’occasion pour l’équipe de rencontrer de nombreux acteurs institutionnels qui sont, pour le projet, des sources importantes de notre terrain d’enquête. En complément du déroulement des classes de mer, cela permet de comprendre, à une autre échelle, les institutions qui collaborent à l’organisation des classes de mer.

Ainsi, nous avons pu assister aux bilans de la saison de nombreux centres bretons qui avaient fait le déplacement vers le port du pays fouesnantais et nous avons également été invités à présenter le projet de recherche. Ce type d’occasion est précieuse, car donner des nouvelles de l’avancée permet de maintenir un lien entre les objectifs scientifiques du projet et les applications de recherche au service de la société. L’après-midi, des ateliers étaient organisés autour de différentes perspectives : l’organisation d’une classe de mer dans le contexte de l’après-crise sanitaire, les pistes d’opérations commerciales à disposition des centres, et enfin la poursuite de la formation des éducateurs en milieu marin, avec l’organisation d’une deuxième journée de formation prévue au printemps prochain.

Le suivi de cet échelon institutionnel du terrain d’enquête permet d’avoir une vision plus globale sur les mutations des classes de mer au grès des évolutions politiques, socio-économiques ou des dynamiques territoriales. Cela permet de mettre en perspective les données recueillies directement lors du suivi des classes.

Ainsi, en mars dernier, l’équipe avait déjà eu la chance de prendre part à la première journée de formation de ce type, sur le thème “Algues et pédagogie”. Nautisme en Bretagne, l’organisateur de la journée, avait alors convié Pauline Poisson, biologiste à la station marine de Concarneau, pour présenter le protocole ALAMER. Ces deux dernières semaines, la poursuite de l’ethnographie a permis d’observer l’application de cette formation, dans le cadre d’une classe locale accueillie à Lesconil.

Depuis les réunions institutionnelles à l’application concrète sur la laisse de mer en passant par la formation des acteurs, l’équipe CLASMER a l’opportunité de couvrir les différentes échelles qui œuvrent pour la classe de mer en Bretagne.

Terrains d’automne

La crise sanitaire a fortement bousculé le planning de terrain de l’équipe de recherche, puisqu’une seule classe a pu être suivie avant les mesures de confinement au printemps. L’enquête de terrain a néanmoins repris cet automne, avec des classes suivies très différentes les unes des autres. Petit tour d’horizon.

Nous avons accompagné les activités de classes de mer tout le long du mois de septembre, une période privilégiée pour les séjours “d’intégration” ou “de cohésion”. Dès la première semaine de rentrée, nous avons ainsi pu accompagner l’entrée en sixième de collégiens quimpérois à l’Île-Tudy, séjour institué depuis plus de dix ans entre le centre nautique et l’établissement scolaire. À l’initiative des enseignants d’EPS, ce sont les activités nautiques qui étaient presque exclusivement au programme de la classe. Nous avons également suivi des classes de CM2 d’une école brestoise qui séjourne régulièrement au centre de Douarnenez depuis dix-sept ans, et pu mesurer comment s’ancre dans la vie d’un établissement une certaine tradition du départ en classe de mer.

Si l’automne est en effet une saison durant laquelle des classes, souvent locales, se rendent en séjour dans des centres où ils ont leurs habitudes, la crise sanitaire a de nouveau bouleversé les programmes d’accueil. Un certain nombre d’écoles ont décidé de ne pas maintenir les classes de mer prévues, qu’elles soient locales ou plus lointaines, tantôt parce qu’elles étaient interdites, tantôt parce qu’elles étaient déconseillées par l’inspection académique. Nous avons cependant eu la chance d’accompagner le seul séjour de la saison maintenu à Lesconil, une classe de CM1 de Clichy-sous-Bois venue passer dix jours sur le bord de mer, et partie grâce au programme des Naturnautes.

Dans son ensemble, ce terrain d’automne nous permet de mesurer une fois de plus la grande diversité des classes de mer accueillies en Finistère. Le dispositif pédagogique recoupe, en effet, plusieurs définitions en terme d’activités, de temps de séjours, de relations entre institutions partenaires et de niveaux scolaires des classes accueillies. Ce sont entre autres ces diversités que le projet CLASMER interroge, ainsi que les permanences et changements d’un modèle pédagogique qui fait travailler le groupe classe loin de la vie de l’établissement scolaire et du foyer familial.

Ci dessous : Les classes de mer d’automne accompagnent le changement de saison. À gauche, une classe de sixième passe le test anti-panique sous le soleil de l’Île-Tudy lors de son premier jour “au collège”. À droite, lors du dernier jour de classe de mer, et après avoir relâché les animaux de l’aquarium, des CM1 de Seine-St-Denis observent la tempête Alex malmener le brise-lames de Lesconil.