Retours de Caen

Récemment, lors de la 12e journée d’études sur l’enfance au quotidien le mercredi 1er décembre 2021 à Caen, consacrée aux “Enfants et jeunes dans les espaces extérieurs naturels : quelles socialisations, quelles éducations ?” (voir le site), qui vise à réunir, chaque année, des professionnel·les de l’éducation autour d’une question socialement vive et de pouvoir présenter et discuter de travaux de recherches qui peuvent alimenter réflexions et pratiques professionnelles.

À ce titre, l’équipe Clasmer a été invitée à participer à une table ronde. Elle réunissait Simon Guillon rapportant l’expérience d’un terrain d’aventure à Angers porté par le centre social Jacques Tati (voir le site), Pierre Cajot en tant que membre de l’association Des camps sur la comète (voir le site) organisant des séjours de vacances en plein air autour de Rouen et Baptiste Besse-Patin pour Clasmer, animés par Émilie Martin.

Nous avons pu échanger sur plusieurs thématiques qui parcouraient les trois dispositifs d’éducation en dehors des murs de l’école. En premier lieu, il s’agissait de souligner comment les enfants pouvaient s’approprier leur environnement extérieur à travers les cadres atypiques et les expériences outillées et proposées par une classe de mer, un terrain d’aventure ou les camps sous tente. En particulier, le rôle central du corps et de sensations en prise directe avec le milieu ont été souligné, non sans faire écho au concept d’écoformation développé par Dominique Cottereau (voir ses ouvrages). Néanmoins, et en deuxième lieu nous avons pu indiquer comment la place des enfants était très variable sur chacun des dispositifs selon leurs orientations pédagogiques. Enfin, et plus largement, nous avons évoqué comment ces dispositifs participaient de la socialisation des enfants et de leur réussite éducative. Ainsi, pour les classes de mer, des extraits et des propos d’enfants ou d’enseignant·es ont été présentés tout la portée sociale à leur origine en s’appuyant sur l’article publié récemment dans Norois (voir le billet).

https://www.fayard.fr/sites/default/files/styles/couv_livre_340/public/images/livres/couv/9782213712161-001-T.jpeg?itok=pwwpAHOt

La journée a été rythmée par d’autres tables rondes. La première a interrogé le mouvement actuel, renforcé par les confinements successifs, pour “sortir” et faire “classe de hors” alors qu’était présente Moïna Fauchier Delavigne ; co-auteure d’un ouvrage récent à ce sujet. La deuxième consistait en des témoignages d’enseignant·es du mouvement Freinet de la région sur leurs usages du “dehors” et leurs pratiques au quotidien avec les élèves. Par ailleurs, la conférence d’Émilie Martin et de Laurent Lescouarch (du CIRNEF) a proposé une analyse pédagogique de différents dispositifs d’éducation en milieu naturel et de leurs rapports à la forme scolaire, ou la pédagogie traditionnelle.

Enfin, et comme de précédentes éditions, la journée a été entièrement captée par les soins de Canal-U, chaîne universitaire, dont vous retrouverez bientôt les vidéos disponibles, ou celles des journées précédentes au lien suivant : page sur Canal-U

Échos de Cergy

Lors du colloque consacré à l'”École du 21e siècle” (https://colloque-lp21.sciencesconf.org/), organisé à Cergy et réunissant plus de 600 participant·es (voir le Café pédagogique), des membres de l’équipe ont participé à l’animation d’un symposium déjà annoncé sur le blog (https://clasmer.hypotheses.org/537), avec des collègues de la recherche TAPLA (https://tapla.hypotheses.org/), et ont présenté des travaux issus de la recherche.

Des écoles de plein air aux forest schools en passant par les écoles du dehors, des actions d’éducation à l’environnement, jusqu’aux aux classes de mer, nous avons pu échanger pendant toute une matinée, malgré le RER A, sur plusieurs dispositifs pédagogiques qui investissent le “dehors” de différentes façons. En quelques mots, on résume ci-dessous les différentes interventions à la suite de l’introduction de Florence Bouillon.

En premier, Julie Delalande (voir sa page) a présenté les expériences d’une école maternnelle normande où plusieurs classes sortent une matinée par semaine, toutes les semaines, dans une forêt. À partir des entretiens avec les enseignant·es et des observations des pratiques enfantines, elle a interrogé la “liberté”, selon le terme employé, accordée aux enfants et comment elle était investie dans les usages des bâtons et des vers de terre.

En deuxième, Malo Camus (sa page) nous a plongé dans les classes de mer à travers une analyse historique de leur développement depuis les années 1960 jusqu’aux récentes aires marines éducatives (voir un billet précédent) pour interroger comment l’éducation au milieu marin serait devenu un enjeu pour l’Éducation nationale.

En troisième, Étienne Guillaud a continué d’exploiter les données récoltées par le projet Clasmer en analysant l’offre éducative de plusieurs centres nautiques et comment se construit leur qualité. Il a reposé son analyse sur plusieurs trajectoires d’éducateurs et d’éducatrices pour souligner comment leurs dispositions soutenaient des modalités d’appropriation de leur travail et la réalisation des activités proposées tout comme les relations aux enseignant·es.

Après une courte pause, Émilie Martin (page personnelle) a présenté son étude de plusieurs dispositifs pédagogiques près d’une ville normande : un club naturaliste, une forest school et un séjour de vacances. Si tous ont le point commun d’investir la nature et le plein air, elle interrogeait leurs spécificités et leurs filiations pédagogiques à partir de documents, d’observations et d’entretiens avec différents acteurs tout comme leur distance à la forme scolaire.

Enfin, Crystèle Ferjou (une présentation) et Aurélie Zwang (ses travaux) ont présenté leur analyse du partenariat établi entre des acteurs et des actrices du monde de l’éducation à l’environnement avec les cadres de l’Éducation nationale autour d’une recherche-action participative engagée depuis quelques années : Grandir avec la nature (présentée ici) en se focalisant, plus particulièrement, sur le cas d’un département.

Par ailleurs, suite aux échanges riches et nombreux et plus des prolongements éventuels autour de la notion de “forme scolaire”, il est envisagé d’en réaliser une publication collective.

Des publications dans Norois

Récemment, le dernier numéro (n° 258) de la revue Norois (voir le site web), revue généraliste de géographie portant généralement sur l’Ouest de la France, le dossier coordonné par Jean-Pierre Augustin et André Suchet est consacré aux “activités sportives dans l’espace littoral“.

Parmi les articles réunis sur les fêtes maritimes ou les clubs de plage, nous pouvons retrouver deux articles de membres de l’équipe CLASMER.

Couverture de la revue Norois

L’article d’Étienne Guillaud, dont le titre est Vers le littoral. La dimension spatiale des mobilités professionnelles des éducateurs sportifs en nautisme, interroge la passion des éducateurs et éducatrices qui serait la principale “motivation” pour appréhender l’orientation de ces professionnel·le·s en proposant une autre explication par les attraits du littoral et du bord de mer. Par l’entremise de l’emploi, cette mobilité résidentielle tient un rôle important dans les trajectoires des personnes interrogées quand leurs cursus scolaires et professionnels ont pu être sources de difficultés. À plusieurs niveaux, ces analyses permettent de mieux comprendre un des acteurs “clés” dans l’expérience des classes de mer.

Plus spécifiquement dédié aux classes de mer, l’article collectif (Les classes de mer finistériennes à l’épreuve de leur diffusion spatiale. L’ancrage territorial d’un modèle éducatif militant) de Malo Camus-Le Pape, Emmanuelle Peyvel, Julien Fuchs et Nicolas Bernard, les aborde sous un même angle spatial et historique. En se centrant sur le Finistère, les auteur·es suivent la diffusion des classes de mer au sein du département pour un devenir un “dispositif plébiscité par nombre d’enseignant·es”. Si ces classes sont d’abord des initatives locales, un modèle s’est peu à peu constitué à l’appui des pouvoirs publics et l’article interroge, pour finir, les difficultés actuelles de ce dispositif en lien avec les évolutions sociales actuelles. Intentions qui croisent, évidemment, le projet de recherche CLASMER.

Symposium “Des écoles de plein air aux Forest schools : un « nouveau souffle » pour l’école primaire ?”

En attendant la levée de l’interdiction nationale des séjours scolaires pour reprendre l’enquête de terrain, nous avons reçu l’acceptation de la proposition d’un symposium lors du colloque “L’école primaire au 21e siècle”, prochainement organisé à l’université de Cergy en octobre 2021 (voir le site).

Organisé et coordonné par Florence Bouillon, Caroline Rozenholc — participantes au projet TAPLA (blog) — et Baptiste Besse-Patin de l’équipe Clasmer, ce symposium entend contribuer aux questionnements du colloque en interrogeant les actions actuelles qui invitent à “sortir” de la classe et de l’école ces dernières années.

En effet, plusieurs essais récents soulignent la « déconnexion » des enfants d’avec la nature et ses effets délétères sur le bien-être. Elle se traduirait selon Richard Louv (2008) par un « syndrome de déficit » associé à différents troubles : troubles du comportement et de l’anxiété, affaiblissement des habiletés physiques, intellectuelles et relationnelles… L’urbanisation croissante, la réduction de la mobilité autonome, la multiplication des activités encadrées de loisirs (sportives et culturelles), le développement d’une « culture de la chambre » ou une surprotection parentale contribueraient notamment à l’éloignement des enfants d’avec la nature dite authentique, peu domestiquée et artificialisée.

Après le premier confinement (mars 2020), cet intérêt pour les milieux extérieurs et les pédagogies du plein air s’est accentué, en France, et a fait l’objet d’une médiatisation nouvelle. Les tribunes et plaidoyers pour une ouverture de l’école sur l’extérieur se sont multipliés dans de nombreux journaux (Libération, Le Monde, Télérama…), faisant écho à une sensibilité croissante de nombreuses actrices et acteurs de l’éducation. C’est à cette actualité d’une école primaire qui devrait « sortir des murs » ainsi qu’aux présupposés philosophiques et pédagogiques qui la sous-tendent, que souhaite s’intéresser ce symposium.

École de plein air de Suresnes, Wikipédia

Il convient néanmoins de ne pas surestimer le caractère novateur de ces préoccupations et de les replacer dans la filiation d’une riche histoire pédagogique. Des écoles de plein air se développent déjà au tout début du XXe siècle pour faire face à l’épidémie de tuberculose. Les écoles dans la forêt apparaissent dans plusieurs pays dont la France, parallèlement au scoutisme et à l’étude du milieu naturel, que l’on pense alors favorables au bon développement physique et mental, voire spirituel, des enfants. Certaines infrastructures existent toujours, fonctionnelles ou non, en région parisienne notamment. Les prémices des classes transplantées remontent, quant à elles, au milieu du XIXe siècle. Elles se structurent en France dans les années 1950 autour des classes de neige puis des classes de mer, en puisant dans le principe du tiers-temps pédagogique. Une « pédagogie de l’environnement » se construit ainsi progressivement, portée par des militantes et des militants qui s’inscrivent dans les mouvements de l’éducation nouvelle, promouvant l’ouverture de l’école à son environnement, et de l’éducation populaire pour éduquer « autrement ». Ce vaste courant pédagogique s’incarne aujourd’hui dans les expériences des Forest schools, mais aussi dans les « écoles du dehors » qui, pour les plus radicales d’entre elles, organisent l’intégralité de leur temps scolaire en extérieur…

Autant de dispositifs dont ce symposium aura également pour objet de rendre compte et d’interroger à travers six contributions. Nous retrouverons notamment trois membres de l’équipe Clasmer, Malo Camus avec Julien Fuchs et Étienne Guillaud qui présenteront leurs analyses historiques et sociologiques.

Participation au colloque “Regards croisés sur les colonies de vacances”

Objet et dispositif proche des classes transplantées, souvent organisées par les mêmes associations et prenant place dans les mêmes bâtiments, ce colloque était dédié aux “colonies de vacances” (ou séjours de vacances) dans une perspective interdisciplinaire à l’initiative du programme de recherche interlaboratoires EnJeux (voir le site dédié). Initialement prévu à Angers les 4 et 5 novembre, le colloque s’est finalement déroulé en visioconférence le 4 novembre 2020.

À partir de plusieurs axes de réflexions proposés (Mixité sociale et projet éducatif : quelle pertinence d’hier à aujourd’hui ?, Quels modèles et quels systèmes d’acteurs ?, Quel(s) espace(s) pour les colonies de vacances ? — voir l’appel), ont été présentées une douzaine de communications (voir le programme) dont deux par des membres de l’équipe Clasmer : Julien Fuchs et Baptiste Besse-Patin. La première était dans le prolongement de l’ouvrage publié au début de l’année (Le temps des jolies colonies de vacances. Au cœur de la construction d’un service public, 1944-1960) et portait sur la place prise par les colonies sous la IVe république durant l’Après-Guerre, peu avant le développement des classes de mer. Pour la deuxième, il s’agissait de présenter des points de vue d’enfants et de jeunes sur les colos (et les centres de loisirs) et d’interroger la permanence de ces avis ; avis qui sont aussi étudiés pour les classes de mer.

Malgré le contexte sanitaire, ce fût l’occasion de riches échanges avec d’autres chercheur·e·s et l’occasion de partager et de croiser des analyses qui pourront alimenter les futurs travaux de l’équipe voire développer de nouveaux réseaux.

Participation au 12e journées sur l’enfance au quotidien

Comme chaque année, le laboratoire CIRNEF (Universités de Caen et Rouen) organise une journée d’études le 2 décembre 2020, ouverte à tout⋅e⋅s, portant sur l’enfance à partir d’une thématique spécifique. Pour cette douzième édition, elle s’intéresse aux : “Enfants et jeunes dans les espaces extérieurs naturels : quelles socialisations, quelles éducations ?” dont voici un extrait de l’argumentaire (voir le site) :

Cette année, nous examinerons les contacts que les enfants et les jeunes ont avec les éléments naturels ou vivants présents dans leur environnement extérieur et quelles expériences se développent dans ces rapports au milieu. Quels en sont les effets sur leurs relations entre pairs et avec les adultes ? Qu’est-ce qui fait sortir les enseignants de leur classe, qu’est-ce qui organise les projets des travailleurs sociaux et des animateurs avec des enfants et des jeunes ? Leurs projets éducatifs et pédagogiques sont-ils centrés sur des questions sociales vives autour du bien-être, de la motivation, d’une sensibilisation aux questions écologiques et environnementales ?

À cette occasion, des membres de l’équipe de recherche participeront à une table ronde intitulée “Comment penser des dispositifs qui s’adressent à tous et qui aient comme objectifs la réussite éducative de tous ?” Et pour de amples détails et informations, le programme est disponible au lien suivant : programme (sachant que la participation est gratuite mais qu’une inscription est nécessaire).

Parution !

Julien Fuchs coordonne l’axe 1 du projet de recherche, consacré à la mémoire des classes de mer. Le livre issu de sa thèse d’habilitation vient de sortir aux Presses du Septentrion : Le temps des jolies colonies de vacances. Au cœur de la construction d’un service public, 1944-1960.

Le temps des jolies colonies de vacances, Au cœur de la construction d'un service public, 1944-1960

Intervention de Malo Camus à l’IFEPSA

Jeudi et vendredi, l’IFEPSA organise les journées d’étude « Éducation Physique : conceptions et débats dans la seconde moitié du XXe siècle ». Malo Camus, doctorant et membre de l’équipe CLASMER de l’UBO interviendra dans le cadre de la première session du jeudi, sur le sujet « Jacques Kerhoas, inventeur des classes de mer ».