À propos

Le projet CLASMER a pour objectif de réunir des chercheurs spécialistes des questions liées au littoral, au tourisme et aux apprentissages pour interroger les classes de mer sous l’angle historique, géographique, éducatif, sociologique, anthropologique, économique et architectural.

Ce groupe aura pour but de comprendre non seulement la portée éducative des classes de mer, notamment dans la connaissance du littoral, mais aussi l’importance de la Bretagne dans ce dispositif.

Peu de travaux portent sur les classes transplantées, et ceux sur les classes de mer restent inédits, si bien que la mise en perspective de différentes études monographiques menées dans la région qui historiquement les a créées devrait donner une idée assez juste de leur fonctionnement éducatif et de leur portée socio-spatiale.

Partir pour apprendre, apprendre à partir. C’est la mission assignée aux classes transplantées, auxquelles la Bretagne a activement participé en inventant, il y a plus de 50 ans, les classes de mer. Leur fréquentation n’a cessé d’augmenter jusqu’aux années 1990, avant de connaître une baisse. Le littoral atlantique représentait plus de 15% de l’accueil des classes transplantées en 1995, mais ces chiffres mériteraient d’être réactualisés. En effet, les classes de mer restent paradoxalement mal connues, alors qu’elles sont reconnues par le Ministère de l’Éducation Nationale comme un dispositif éducatif efficace, donnant sens aux apprentissages scolaires et accompagnant une socialisation aux voyages encore profondément inégalitaire (Rapport Pavy, 2004).

En mai 2018, le ministre de l’éducation, Jean-Michel Blanquer, déclarait encore « Il faut aussi que les enfants renouent avec la nature. Je travaille au renouveau des classes vertes, de neige et de mer » (JDD, 19 mai 2018). En outre, l’enjeu économique est loin d’être négligeable. En 1995, le chiffre d’affaires de ces classes transplantées était estimé par le Secrétariat d’État au Tourisme à 2 milliards de francs (305 millions d’euros), générant près de 5 000 emplois équivalents temps plein et participant à l’amortissement des équipements touristiques, particulièrement en basse saison. En cela, elles sont considérées comme vitales par les professionnels du tourisme et des loisirs (Rapport Chauvin, 2008 ; Livre bleu du nautisme finistérien 2015-2020). Mais qu’en est-il aujourd’hui, spécialement dans les territoires qui les ont inventées ?

Le présent projet a bénéficié d’un financement d’amorçage engagé par la Maison des Sciences de l’Homme en Bretagne (MSHB) de 2017 à 2019, et a obtenu un financement de la Fondation de France à l’automne 2019. Les deux premières années de recherche ont permis à un premier noyau de chercheurs de se constituer afin de tester l’intérêt du sujet et la validité des hypothèses. Nous avons déjà négocié l’accès à des bases de données statistiques du ministère de l’éducation nationale et du département du Finistère sur le sujet, que nous avons eu le temps d’exploiter pour les années les plus récentes. De plus, en ayant tissé des liens de confiance avec le collège des classes de mer en Finistère, nous avons pu réaliser trois terrains collectifs et immersifs à l’Ile Tudy, Batz et Moulin Mer pour suivre des classes de mer et réaliser des entretiens. Le projet est en phase de développement.