Formation : jour 3

Ce mercredi a débuté directement par une séance phare des classes de mer avec l’activité de pêche à pied. Nous sommes guidés par l’éducatrice du centre nautique, mais aussi une habitante de longue date de l’Île-Tudy. Le coefficient de marée étant élevé, nous devions nous rendre au plus proche de la mer pour des rencontres intéressantes. Munis de seaux, nous avons arpentés le rivag, flaques et rochers. Avec plus ou moins de facilités, dans cette pêche, il fallait toucher des animaux marins “avec les mains”,  jusqu’à la dégustation d’huîtres pour les plus téméraires. La pêche a été fructueuse entre des mollusques bivalves, des gastéropodes, crustacés, annélides, échinodermes et même quelques poissons… qui ont rejoint un autre “phare” de la classe de mer.

La fabrication de l’aquarium est réalisée au retour en salle de classe. Là encore les étudiant·es ont été amenées à vivre la façon dont cette activité se déroule avec des enfants : apport du vocabulaire, observation du fonctionnement de l’aquarium, toucher et observation au microscope, prélèvement de plancton. L’éducatrice en a profité pour donner des indications sur la façon dont les choses se déroulaient avec des enfants, la soirée sera consacrée à l’observation de ce plancton au microscope.

L’après-midi nous nous rendons au centre nautique de Rosquerno en bateau en remontant la rivière de Pont-l’Abbé ; espace naturel où sont présentes de nombreuses espèces d’oiseaux. Accueillis par un animateur spécialisé sur l’environnement et la coordinatrice, nous avons visité un centre qui appartient à une municipalité et propose des activités davantage tournées vers l’éducation à l’environnement et se met en relation avec d’autres centres près de la côté pour la pratique peu d’activités nautiques. Suite à la visite, nous avons profité d’un temps d’échanges autour des classes de découverte qui sont accueillis et, notamment, celles de la ville de Paris.

De retour en bateau à l’Île-Tudy, le directeur du centre a pris quelques minutes pour introduire la visite de la criée et du port de Loctudy ainsi que du récent musée de la conserverie par un récit de l’histoire de la pêche à la sardine et la conserve et de son importance pour la région. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.