Formation : jour 2

Lors de cette deuxième journée, la matinée a été consacrée à une présentation par Gilles Brougère et Baptiste Besse-Patin de l’observation en tant que méthodologie d’enquête, ses enjeux et ses spécificités. Précédée d’un échange avec les étudiants sur leurs premières observations en « amateur » qu’ils et elles devaient réaliser dès les premières heures de la semaine. À partir de leurs notes sur des échanges de la veille avec les stagiaires BAFA, sur une sortie dans un café du centre de l’Île-Tudy et la construction du groupe depuis le début du séjour, c’était l’occasion de montrer comment passer d’une pratique sociale ordinaire à une méthode scientifique par divers moyens d’objectivation. Que ce soit les tâches d’un ou d’une observatrice, les différents types de notes ou différents degrés de participation, plusieurs modalités ont été abordées avant d’être travaillées par un travail sur des notes d’observation de plusieurs chercheur·es. En plus des notes anonymisées puisées dans le corpus Clasmer de séances de classes de mer, nous avons utilisé des extraits de l’enquête sur la « boîte à jouer » (voir le rapport) ou de la thèse de Baptiste Besse-Patin (voir son dépôt). Pour finir, il s’agissait aussi de profiter des prochaines activités pour s’entraîner à observer et prendre des notes.

Suite au repas, avec la chance de profiter du soleil, la journée s’est poursuivie par une activité nautique, incontournable en classe de mer. Il s’agissait d’une initiation au kayak avec une séance de deux heures conduite par une monitrice du centre nautique de l’Île-Tudy. En lien avec l’objectif de la formation, l’activité vécue se voulait similaire à celle que peuvent vivre les enfants qui viennent en classe de mer au centre nautique. Cette expérience a permis de passer de l’appréhension (du froid, de la pluie, de tomber en mer…) au plaisir de la découverte, du jeu, et une forme de cohésion du groupe à travers une activité commune, en passant par le sentiment progressif de maîtrise, mais également de prendre conscience et d’observer les enjeux matériels et pédagogiques du travail d’animateur (ou d’éducateur). Le débriefing avec la monitrice qui a suivi a été l’occasion pour les étudiant·es de poser des questions sur les choix, la relation avec les enfants et d’échanger sur leurs impressions respectives.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.