Formation : jour 1

Pour la première journée de la formation, la matinée a été consacrée à une présentation de la recherche Clasmer. S’il y avait des résultats exposés, il s’agissait surtout d’exposer des enjeux méthodologiques selon les disciplines des chercheurs de l’équipe. L’objectif sous-jacent étant que les étudiant·es puissent appréhender l’articulation de questions de recherche avec des orientations disciplinaires et des méthodes.

En visioconférence depuis le Vietnam, Emmanuelle Peyvel est intervenue, après un exposé sur les débuts du projet Clasmer, ses objectifs et son actualité, pour présenter un focus sur le travail de cartographie des classes de mer : leurs publics, l’origine géographique des classes à travers les régions de provenance en croisant plusieurs facteurs (durée, subvention, etc.). Cela faisait écho à une publication récente liée, notamment, à la question de la démocratisation de l’accès à ce dispositif (voir le billet).

Ensuite, Étienne Guillaud a présenté son travail sur les éducateurs et les éducatrices en milieu marin, à partir d’entretiens formels articulés à des observations, les spécificités de leur métier ainsi que de leurs pratiques pédagogiques en interrogeant, notamment, les modalités de coopération avec les enseignant·es.

Selon la deuxième perspective de l’axe « présent » du projet, Gilles Brougère a énoncé des analyses concernant les points de vue des enfants sur leurs expériences des classes de mer, notamment les tensions et les proximités aux vacances (sans que ce soit tout à fait des vacances) et à l’école « ordinaire ». Baptiste Besse-Patin est revenu sur les questions méthodologiques employées pour entretenir des groupes d’enfants (voir le billet) mais aussi les adaptations effectuées à cause du contexte pandémique.

L’après-midi a été entièrement consacrée à l’axe « passé » du projet avec l’intervention de Malo Camus. Suite à un premier quiz, il a brossé un tableau général de l’histoire des classes de découverte (classes de neige, classes de nature, classes de mer…) tout en soulignant les analyses tirées de sa thèse. Dans un deuxième temps, a été mis en place un travail en groupe sur des archives apportées par Malo. Les étudiant·es ont pu effectuer leurs premières explorations dans une somme de documents tirés d’archives, de différentes sources et périodes pour découvrir ce que peut recouvrer un travail historique.

Enfin, durant la soirée, nous avons pu échanger avec le groupe de stagiaires d’un approfondissement BAFA autour des relations entre l’animation, et les animatrices, avec l’enseignement, et les (futures) enseignantes.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.