Symposium “Des écoles de plein air aux Forest schools : un « nouveau souffle » pour l’école primaire ?”

En attendant la levée de l’interdiction nationale des séjours scolaires pour reprendre l’enquête de terrain, nous avons reçu l’acceptation de la proposition d’un symposium lors du colloque “L’école primaire au 21e siècle”, prochainement organisé à l’université de Cergy en octobre 2021 (voir le site).

Organisé et coordonné par Florence Bouillon, Caroline Rozenholc — participantes au projet TAPLA (blog) — et Baptiste Besse-Patin de l’équipe Clasmer, ce symposium entend contribuer aux questionnements du colloque en interrogeant les actions actuelles qui invitent à “sortir” de la classe et de l’école ces dernières années.

En effet, plusieurs essais récents soulignent la « déconnexion » des enfants d’avec la nature et ses effets délétères sur le bien-être. Elle se traduirait selon Richard Louv (2008) par un « syndrome de déficit » associé à différents troubles : troubles du comportement et de l’anxiété, affaiblissement des habiletés physiques, intellectuelles et relationnelles… L’urbanisation croissante, la réduction de la mobilité autonome, la multiplication des activités encadrées de loisirs (sportives et culturelles), le développement d’une « culture de la chambre » ou une surprotection parentale contribueraient notamment à l’éloignement des enfants d’avec la nature dite authentique, peu domestiquée et artificialisée.

Après le premier confinement (mars 2020), cet intérêt pour les milieux extérieurs et les pédagogies du plein air s’est accentué, en France, et a fait l’objet d’une médiatisation nouvelle. Les tribunes et plaidoyers pour une ouverture de l’école sur l’extérieur se sont multipliés dans de nombreux journaux (Libération, Le Monde, Télérama…), faisant écho à une sensibilité croissante de nombreuses actrices et acteurs de l’éducation. C’est à cette actualité d’une école primaire qui devrait « sortir des murs » ainsi qu’aux présupposés philosophiques et pédagogiques qui la sous-tendent, que souhaite s’intéresser ce symposium.

École de plein air de Suresnes, Wikipédia

Il convient néanmoins de ne pas surestimer le caractère novateur de ces préoccupations et de les replacer dans la filiation d’une riche histoire pédagogique. Des écoles de plein air se développent déjà au tout début du XXe siècle pour faire face à l’épidémie de tuberculose. Les écoles dans la forêt apparaissent dans plusieurs pays dont la France, parallèlement au scoutisme et à l’étude du milieu naturel, que l’on pense alors favorables au bon développement physique et mental, voire spirituel, des enfants. Certaines infrastructures existent toujours, fonctionnelles ou non, en région parisienne notamment. Les prémices des classes transplantées remontent, quant à elles, au milieu du XIXe siècle. Elles se structurent en France dans les années 1950 autour des classes de neige puis des classes de mer, en puisant dans le principe du tiers-temps pédagogique. Une « pédagogie de l’environnement » se construit ainsi progressivement, portée par des militantes et des militants qui s’inscrivent dans les mouvements de l’éducation nouvelle, promouvant l’ouverture de l’école à son environnement, et de l’éducation populaire pour éduquer « autrement ». Ce vaste courant pédagogique s’incarne aujourd’hui dans les expériences des Forest schools, mais aussi dans les « écoles du dehors » qui, pour les plus radicales d’entre elles, organisent l’intégralité de leur temps scolaire en extérieur…

Autant de dispositifs dont ce symposium aura également pour objet de rendre compte et d’interroger à travers six contributions. Nous retrouverons notamment trois membres de l’équipe Clasmer, Malo Camus avec Julien Fuchs et Étienne Guillaud qui présenteront leurs analyses historiques et sociologiques.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.