Publications

Décembre 2023

“Fais classe dehors ?”, numéro spécial de la revue Géographie et Cultures n°119

De nombreux ouvrages grand public ont pointé, au cours des dernières années, la « déconnexion » des enfants d’avec la nature. Avec le premier confinement dû à la pandémie de Covid-19, les pédagogies de plein air ont fait l’objet d’une médiatisation renouvelée, faisant écho à une sensibilité croissante de nombreux·ses actrices et acteurs de l’éducation. C’est à cette actualité d’une école qui voudrait « sortir des murs », ainsi qu’à ses présupposés philosophiques, pédagogiques et politiques, que s’intéresse ce numéro.

Comment les écoles du dehors actuelles rencontrent-elles l’histoire longue des pédagogies du plein air ? Qui sont les acteurs et les réseaux qui promeuvent aujourd’hui l’éducation relative à l’environnement ? Concrètement, que veut dire faire classe dehors : quels sont les espaces investis, avec quelles conséquences sur le fonctionnement des écoles, et quels effets sur les publics – enfants et enseignant·es – concernés ? Comment, enfin, se rejouent les frontières du dedans et du dehors, voire les frontières mêmes de l’école, au sein de tels projets et pratiques ?

À travers six articles ancrés dans plusieurs contextes nationaux, ce dossier pluridisciplinaire comporte également deux témoignages et un entretien, permettant d’approfondir la dimension historique de « l’école dehors » et le sens que lui donnent les enseignant·es la mettant en œuvre aujourd’hui. Il est notamment question des classes dans l’article de Étienne Guillaud, Fabien Clouette et Malo Camus-Le Pape, Entre volonté éducative et impératifs économiques : gérer et promouvoir les centres de classes de mer en Finistère.

Enfin, ce numéro est librement et gratuitement accessible en ligne à l’adresse suivante : https://journals.openedition.org/gc/19070/

Automne 2023

“La construction d’une exception territoriale : L’éducation à la nature par les classes de mer finistériennes”, Fabien Clouette et Emmanuelle Peyvel, Mappemonde, n°136.

Fabien Clouette et Emmanuelle Peyvel viennent de publier dans un Varia de la revue de géographie Mappemonde un article sur l’éducation à la nature et sa territorialisation en Finistère par les classes de mer.

En voici le résumé : Les classes de mer, inventées en 1964 dans le Finistère, restent encore aujourd’hui très implantées localement. Dépassant la seule sphère éducative, ce dispositif est soutenu par des acteurs touristiques et politiques qui ont participé à positionner le territoire comme pionnier puis modèle de référence en la matière à l’échelle nationale. Tout en continuant à répondre aux injonctions institutionnelles, poussant à la construction d’un rapport normalisé à la nature (développement durable, éco-citoyenneté), cette territorialisation du dispositif singularise la nature à laquelle les élèves sont éduqués.

Mai 2023

Numéro spécial “Les classes de découverte, recherches actuelles” de la revue Les sciences de l’éducation – pour l’Ere nouvelle, coordonné par Julien Fuchs et Gilles Brougère (Vol. 54, n° 3, 124 pages)

L’équipe CLASMER a ressenti le besoin de mettre en perspective les classes de mer (leur terrain privilégié) avec d’autres « classes de découverte » (telles qu’elles sont définies institutionnellement) ou « transplantées » (comme elles sont également souvent dénommées). Elle a ainsi souhaité pouvoir contribuer à une publication dédiée aux classes de découverte en général, à l’impact éducatif de celles-ci et à leur portée sociale et économique. Si les travaux portant sur ces dispositifs demeurent encore peu nombreux, ceux-ci se développent aujourd’hui, à la faveur de la revitalisation d’un mouvement pédagogique visant la sensibilisation des enfants à leur environnement. La mise en perspective d’études menées sur ce type d’initiatives, classes de mer ou autres classes de découverte confondues, paraît ainsi intéressante à envisager, non seulement pour appréhender par la comparaison l’efficacité de ces dispositifs aux logiques pédagogiques singulières, mais aussi pour essayer d’interroger la notion-même de « classe de découverte ».
Ainsi, ce dossier ne constitue-t-il pas une tribune du projet CLASMER en tant que tel, mais bien un opus permettant le croisement des regards de chercheurs autour de la notion de classes de découverte, en faisant dialoguer les questions éducatives, sociales, touristiques, sportives et de développement territorial qui traversent ces dispositifs.
 
Sommaire
Les classes de découverte : un objet de recherche encore à découvrir
Julien Fuchs, Gilles Brougère
 
La montagne au cœur d’une pédagogie de l’exaltation. L’exemple de la classe de neige féminine de Saint-Maur-des-Fossés en 1956
Willy Hugedet, Théo Jean, Sébastien Laffage-Cosnier
 
Donner une part de soi. La transférabilité des ressources et dispositions dans l’encadrement des classes de mer
Étienne Guillaud
 
Panorama de dispositifs de classes de découverte (CDD) en France : quelle tension entre enjeux didactiques et fondements pédagogiques ?
Cécile Redondo, Caroline Ladage
 
Élève ou touriste : ce que les enfants vivent et disent de leurs classes de mer
Gilles Brougère, Emmanuelle Peyvel

Juillet 2022

“Marine environmental education in French schools: from sea classes to educational marine areas (1964-2022)”, Malo Camus-Le Pape et Julien Fuchs, vol.9, n°2, pp.17-35.

L’article s’intéresse à l’éducation au milieu marin en France. Dans une perspective historique, l’auteur étudie les initiatives menant à considérer le milieu naturel, en l’occurrence le littoral, comme un élément pédagogique à part entière. Le développement de l’article détaille l’apparition et la généralisation de deux dispositifs scolaires innovants, apparaissant comme des originalités du système éducatif français : les classes de mer, créées en 1964, et les aires marines éducatives, apparues en 2012. En se basant sur un riche travail d’archives et sur des témoignages inédits d’acteurs s’étant investis à toutes les périodes de ces modèles, l’article met en lumière la manière dont ces dispositifs d’éducation au milieu marin se structurent et évoluent, tant dans leurs modalités que dans les objectifs poursuivis. Surtout, l’auteur cherche à démontrer que si ces modèles sont institutionnalisés par l’Éducation nationale et participent à enrichir l’offre éducative française, ils ne naissent pas directement d’une volonté académique mais sont plutôt issus d’initiatives locales portées par des acteurs possédant des réseaux d’action permettant à leurs projets de gagner en importance et d’être reconnus au sein du système scolaire. Enfin, l’étude démontre que la réussite de ces dispositifs et l’engouement qu’ils suscitent de la part des acteurs éducatifs légitime la place de la nature à l’école. Les entretiens menés, notamment auprès d’enseignants, mettent en avant le fait que l’environnement naturel, considéré comme un espace d’apprentissage, contribue à renforcer les apprentissages et à multiplier la motivation des apprenants. Dès lors, la question du développement de ces dispositifs hors du territoire français se pose.”

Janvier 2021

Deux articles CLASMER dans le numéro spécial Norois, Les activités sportives dans l’espace littoral, n°258

Récemment, le dernier numéro (n° 258) de la revue Norois (voir le site web), revue généraliste de géographie portant généralement sur l’Ouest de la France, le dossier coordonné par Jean-Pierre Augustin et André Suchet est consacré aux “activités sportives dans l’espace littoral“. Parmi les articles réunis sur les fêtes maritimes ou les clubs de plage, nous pouvons retrouver deux articles de membres de l’équipe CLASMER.

Couverture de la revue Norois

L’article d’Étienne Guillaud, dont le titre est Vers le littoral. La dimension spatiale des mobilités professionnelles des éducateurs sportifs en nautisme, interroge la passion des éducateurs et éducatrices qui serait la principale “motivation” pour appréhender l’orientation de ces professionnel·le·s en proposant une autre explication par les attraits du littoral et du bord de mer. Par l’entremise de l’emploi, cette mobilité résidentielle tient un rôle important dans les trajectoires des personnes interrogées quand leurs cursus scolaires et professionnels ont pu être sources de difficultés. À plusieurs niveaux, ces analyses permettent de mieux comprendre un des acteurs “clés” dans l’expérience des classes de mer.

Plus spécifiquement dédié aux classes de mer, l’article collectif (Les classes de mer finistériennes à l’épreuve de leur diffusion spatiale. L’ancrage territorial d’un modèle éducatif militant) de Malo Camus-Le Pape, Emmanuelle Peyvel, Julien Fuchs et Nicolas Bernard, les aborde sous un même angle spatial et historique. En se centrant sur le Finistère, les auteur·es suivent la diffusion des classes de mer au sein du département pour un devenir un “dispositif plébiscité par nombre d’enseignant·es”. Si ces classes sont d’abord des initatives locales, un modèle s’est peu à peu constitué à l’appui des pouvoirs publics et l’article interroge, pour finir, les difficultés actuelles de ce dispositif en lien avec les évolutions sociales actuelles. Intentions qui croisent, évidemment, le projet de recherche CLASMER.

Mars 2020

Le temps des jolies colonies de vacances – Julien Fuchs, Presses du Septentrion, 2020.

Entre 1944 et 1960, les colonies de vacances deviennent en France un phénomène social majeur, concernant des centaines de milliers d’enfants et d’adolescents. Soucieux d’accompagner l’expansion de ces structures nées d’initiatives privée, l’État bâtit à leur encontre une politique spécifique et leur dédie une administration. Autour de la figure d’Étienne Bécart, celle-ci est en charge de règlementer le secteur, d’organiser son subventionnement, de structurer un système d’inspection et d’impulser une orientation pédagogique en s’intéressant notamment à la formation des cadres. Basé sur les archives de la Direction générale de la Jeunesse et des Sports, mais aussi sur des sources audiovisuelles originales, ce livre montre comment un service public des colonies se construit, non sans difficultés, en prenant appui notamment, mais sans exclusivité, sur l’univers laïc, et en confrontant ses intentions généreuses à d’incontournables limites dans cette société française de la IVe République.

Le temps des jolies colonies de vacances ; au coeur de la construction d'un service public, 1944-196

——————————————————————————————-

17 janvier 2019

L’éducation au voyage – Emmanuelle Peyvel (dir.), PUR, 2019.

Les auteurs réunis ici se proposent de comprendre sous l’angle de l’éducation au voyage la mondialisation du tourisme, en posant l’hypothèse selon laquelle cette dernière est étroitement liée à la question de la construction et de la circulation des savoirs. Apprendre constitue une motivation touristique fondamentale, et symétriquement la mondialisation multiplie de manière inédite les situations d’apprentissage à de vastes échelles.