Un terrain de recherche en cours sur les aires marines éducatives

Malo Camus Le Pape, membre du projet Clasmer, est actuellement à La Réunion pour étudier le développement des aires marines éducatives (AME) sur le territoire réunionnais. Mises en place par l’Office Français de la Biodiversité avec le soutien de l’Education nationale, les AME s’adressent à des élèves de cycle 3 et permettent à des élèves et leur enseignant de gérer de manière participative une zone maritime littorale de petite taille. C’est donc une démarche à la fois pédagogique et écocitoyenne qui a pour but de sensibiliser le jeune public à la protection du milieu marin tout en découvrant ses acteurs.

L’ambition de ce terrain de recherche est de questionner les initiatives contemporaines d’éducation au milieu marin.

Les élèves de Saint-Leu à La Réunion en action ! L’état des lieux du site et l’analyse de sa faune et de sa flore est une étape de lancement d’un projet d’AME. Pour cela, des acteurs externes, souvent issus du monde associatif, appuient l’enseignant. (Source photo: https://fr.wikipedia.org/wiki/Aire_marine_%C3%A9ducative)

Symposium “Des écoles de plein air aux Forest schools : un « nouveau souffle » pour l’école primaire ?”

En attendant la levée de l’interdiction nationale des séjours scolaires pour reprendre l’enquête de terrain, nous avons reçu l’acceptation de la proposition d’un symposium lors du colloque “L’école primaire au 21e siècle”, prochainement organisé à l’université de Cergy en octobre 2021 (voir le site).

Organisé et coordonné par Florence Bouillon, Caroline Rozenholc — participantes au projet TAPLA (blog) — et Baptiste Besse-Patin de l’équipe Clasmer, ce symposium entend contribuer aux questionnements du colloque en interrogeant les actions actuelles qui invitent à “sortir” de la classe et de l’école ces dernières années.

En effet, plusieurs essais récents soulignent la « déconnexion » des enfants d’avec la nature et ses effets délétères sur le bien-être. Elle se traduirait selon Richard Louv (2008) par un « syndrome de déficit » associé à différents troubles : troubles du comportement et de l’anxiété, affaiblissement des habiletés physiques, intellectuelles et relationnelles… L’urbanisation croissante, la réduction de la mobilité autonome, la multiplication des activités encadrées de loisirs (sportives et culturelles), le développement d’une « culture de la chambre » ou une surprotection parentale contribueraient notamment à l’éloignement des enfants d’avec la nature dite authentique, peu domestiquée et artificialisée.

Après le premier confinement (mars 2020), cet intérêt pour les milieux extérieurs et les pédagogies du plein air s’est accentué, en France, et a fait l’objet d’une médiatisation nouvelle. Les tribunes et plaidoyers pour une ouverture de l’école sur l’extérieur se sont multipliés dans de nombreux journaux (Libération, Le Monde, Télérama…), faisant écho à une sensibilité croissante de nombreuses actrices et acteurs de l’éducation. C’est à cette actualité d’une école primaire qui devrait « sortir des murs » ainsi qu’aux présupposés philosophiques et pédagogiques qui la sous-tendent, que souhaite s’intéresser ce symposium.

École de plein air de Suresnes, Wikipédia

Il convient néanmoins de ne pas surestimer le caractère novateur de ces préoccupations et de les replacer dans la filiation d’une riche histoire pédagogique. Des écoles de plein air se développent déjà au tout début du XXe siècle pour faire face à l’épidémie de tuberculose. Les écoles dans la forêt apparaissent dans plusieurs pays dont la France, parallèlement au scoutisme et à l’étude du milieu naturel, que l’on pense alors favorables au bon développement physique et mental, voire spirituel, des enfants. Certaines infrastructures existent toujours, fonctionnelles ou non, en région parisienne notamment. Les prémices des classes transplantées remontent, quant à elles, au milieu du XIXe siècle. Elles se structurent en France dans les années 1950 autour des classes de neige puis des classes de mer, en puisant dans le principe du tiers-temps pédagogique. Une « pédagogie de l’environnement » se construit ainsi progressivement, portée par des militantes et des militants qui s’inscrivent dans les mouvements de l’éducation nouvelle, promouvant l’ouverture de l’école à son environnement, et de l’éducation populaire pour éduquer « autrement ». Ce vaste courant pédagogique s’incarne aujourd’hui dans les expériences des Forest schools, mais aussi dans les « écoles du dehors » qui, pour les plus radicales d’entre elles, organisent l’intégralité de leur temps scolaire en extérieur…

Autant de dispositifs dont ce symposium aura également pour objet de rendre compte et d’interroger à travers six contributions. Nous retrouverons notamment trois membres de l’équipe Clasmer, Malo Camus avec Julien Fuchs et Étienne Guillaud qui présenteront leurs analyses historiques et sociologiques.

Terrain hivernal

La crise sanitaire nous a forcé à revoir l’organisation de nos terrains d’enquête pendant l’année 2020. Mais nous avons, grâce à la collaboration des enquêtés, pu finaliser trois terrains en nous déplaçant dans les écoles cet hiver. La semaine dernière, nous avons ainsi retrouvé les élèves de plusieurs classes bretonnes accompagnées, pendant leur classe de mer au printemps et à l’automne 2020. Ainsi, nous avons réalisés des entretiens collectifs avec les enfants, par petits groupes de 3 ou 4 élèves. Ils permettent de recueillir les points de vue des enfants et d’appréhender leurs expériences et leurs avis sur la classe de mer vécue il y a quelques semaines.

Ces déplacements dans les écoles bretonnes nous ont aussi permis d’enregistrer des entretiens avec les enseignant·e·s, complétant, là-aussi, des observations et des entretiens déjà effectués auprès des équipes professionnelles des centres d’accueil (et nautiques).

En l’état, l’organisation du prochain printemps s’annonce pour le moins complexe également, dans la mesure où la crise sanitaire a touché de nombreux centres (dont des fermetures déjà constatées), et que certains redoutent un nouveau “printemps mort“. Dans ce contexte, nous souhaitons remercier les centres pour leurs accueils chaleureux offerts à notre équipe de chercheur·e·s depuis le début de notre enquête, en dépit des incertitudes avec lesquelles ils doivent composer depuis un an maintenant.

Bon vent Georges Pernoud !

Avec émotion, nous avons appris le décès de Georges Pernoud le 11 janvier.  Journaliste amoureux de l’océan, il avait créé puis présenté l’émission Thalassa pendant plus de 40 ans, participant grandement à populariser la mer, ses acteurs et ses ressources grâce à de magnifiques reportages sur tous les océans du globe.
Surtout, ce passionné n’a jamais hésité à s’engager en faveur d’initiatives permettant de faire connaître le milieu maritime. Il n’avait notamment pas hésité à soutenir l’Association pour la Promotion des Classes de Mer et avait participé à la création du concours « Dessine-moi la mer » dont le premier prix était le financement du départ d’une classe entière en classe de mer. On ne peut que lui souhaiter bon vent et le remercier pour l’énergie mise au profit de l’océan. Sa passion pour la mer a, assurément, fait naître des vocations.   

Participation au colloque “Regards croisés sur les colonies de vacances”

Objet et dispositif proche des classes transplantées, souvent organisées par les mêmes associations et prenant place dans les mêmes bâtiments, ce colloque était dédié aux “colonies de vacances” (ou séjours de vacances) dans une perspective interdisciplinaire à l’initiative du programme de recherche interlaboratoires EnJeux (voir le site dédié). Initialement prévu à Angers les 4 et 5 novembre, le colloque s’est finalement déroulé en visioconférence le 4 novembre 2020.

À partir de plusieurs axes de réflexions proposés (Mixité sociale et projet éducatif : quelle pertinence d’hier à aujourd’hui ?, Quels modèles et quels systèmes d’acteurs ?, Quel(s) espace(s) pour les colonies de vacances ? — voir l’appel), ont été présentées une douzaine de communications (voir le programme) dont deux par des membres de l’équipe Clasmer : Julien Fuchs et Baptiste Besse-Patin. La première était dans le prolongement de l’ouvrage publié au début de l’année (Le temps des jolies colonies de vacances. Au cœur de la construction d’un service public, 1944-1960) et portait sur la place prise par les colonies sous la IVe république durant l’Après-Guerre, peu avant le développement des classes de mer. Pour la deuxième, il s’agissait de présenter des points de vue d’enfants et de jeunes sur les colos (et les centres de loisirs) et d’interroger la permanence de ces avis ; avis qui sont aussi étudiés pour les classes de mer.

Malgré le contexte sanitaire, ce fût l’occasion de riches échanges avec d’autres chercheur·e·s et l’occasion de partager et de croiser des analyses qui pourront alimenter les futurs travaux de l’équipe voire développer de nouveaux réseaux.

Appel à contribution pour la revue Les sciences de l’éducation – Pour l’ère nouvelle, sur la question des classes transplantées

Julien Fuchs et Gilles Brougère, de l’équipe CLASMER coordonnent cet appel à contribution pour un numéro spécial de la revue Les Sciences de l’éducation – Pour l’ère nouvelle.

L’appel, en français et en anglais, est téléchargeable ici

Cette proposition de dossier prend pour objet les « classes de découverte » (telles qu’elles sont définies institutionnellement) ou « transplantées » (comme elles sont également souvent dénommées). Classes de mer, classes de neige, classes de nature, classes d’environnement, etc. : ce dossier vise à réunir des contributions traitant des classes de découverte dans leur diversité. Il s’adresse ainsi à des chercheurs spécialistes des questions liées à l’enseignement transplanté, à l’utilisation du voyage, du dépaysement, du tourisme dans leur dimension scolaire ou éducative. Les articles pourront porter sur des séjours résidentiels équivalents, c’est-à-dire de plusieurs jours, au sein du système scolaire français mais aussi des systèmes scolaires étrangers. Il s’agit du déplacement dans un tiers lieu d’une classe entière pour développer, entre autres, des activités en relation avec le lieu, quel que soit le nom qu’on leur donne.

Coordination

Coord. Julien Fuchs & Gilles Brougère

julien.fuchs@univ-brest.fr / brougere@univ-paris13.fr

Présentation générale du dossier

Cette proposition de dossier prend pour objet les « classes de découverte » (telles qu’elles sont définies institutionnellement) ou « transplantées » (comme elles sont également souvent dénommées). Classes de mer, classes de neige, classes de nature, classes d’environnement, etc. : ce dossier vise à réunir des contributions traitant des classes de découverte dans leur diversité. Il s’adresse ainsi à des chercheurs spécialistes des questions liées à l’enseignement transplanté, à l’utilisation du voyage, du dépaysement, du tourisme dans leur dimension scolaire ou éducative. Les articles pourront porter sur des séjours résidentiels équivalents, c’est-à-dire de plusieurs jours, au sein du système scolaire français mais aussi des systèmes scolaires étrangers. Il s’agit du déplacement dans un tiers lieu d’une classe entière pour développer, entre autres, des activités en relation avec le lieu, quel que soit le nom qu’on leur donne.

Les articles envisageront la manière dont ces classes de découverte (ou les dispositifs apparentés) contribuent aux apprentissages, au sens le plus large intégrant ce qui relève de la socialisation. Ils peuvent provenir de toutes disciplines (histoire, géographie, sociologie, anthropologie, etc.) et s’appuyer sur des méthodologies variées (observations, entretiens, statistiques, productions cartographiques, travail sur archives, etc.). Ils auront pour but d’éclairer l’impact éducatif de ces classes, leur portée sociale, culturelle et économique en regard des enjeux sociaux et éducatifs contemporains (éducation à la nature, à la solidarité, etc.).

Si les travaux portant sur les classes transplantées demeurent encore peu nombreux, ceux-ci se développent toutefois aujourd’hui, à la faveur de la revitalisation d’un mouvement pédagogique visant la sensibilisation des enfants à leur environnement extérieur. La mise en perspective d’études menées sur ce type d’initiative paraît ainsi intéressante à envisager, non seulement pour appréhender par la comparaison l’efficacité de ces dispositifs aux logiques pédagogiques singulières, mais aussi pour essayer d’interroger la notion-même de « classe de découverte » ou « transplantée »[1], ainsi que des dénominations comparables utilisées dans d’autres pays.

Ainsi, ce projet de dossier s’entend comme une façon de croiser des regards de chercheurs autour de la pratique des classes transplantées, et de faire dialoguer les questions éducatives, sociales, touristiques, sportives et de développement territorial qui traversent ces dispositifs.

Thématique et problématique envisagée

Ce dossier rassemblera des contributions portant donc sur des dispositifs scolaires caractérisés par un séjour prolongé hors du contexte habituel de classe (et, de fait, du contexte familial), que ceux-ci soient pensés autour d’un lien central avec la nature (classes vertes, classes de neige, classes de mer, etc.) ou que le « dépaysement » proposé soit autre (classes de découverte urbaine, etc.). Elles envisageront les classes transplantées comme des expériences pédagogiques, mais aussi comme des dispositifs d’éducation socio-touristique au voyage, à l’environnement, à l’altérité et aux différences culturelles ou encore comme des expériences vécues par les participants venant d’horizons divers (élèves, enseignants, accompagnateurs, animateurs et personnels des centres d’accueil).

« Partir pour apprendre, apprendre à partir » : tel est donc le principe de ces classes, dont les prémices remontent au milieu du XIXe siècle, et qui se structurent, en France dans les années 1950-1960 autour des classes de neige puis des classes de mer notamment, puisant dans le principe du tiers-temps pédagogique. La fréquentation de ces classes et la diversification de leurs formats et de leurs modalités n’ont cessé de croître jusqu’au milieu des années 1980, au cours desquels un élève sur deux partait en classe de découverte une fois au cours de sa scolarité, puis ont commencé à décliner au cours des années 1990 (en 1994-1995, environ 12 % des élèves du premier degré de plus de 4 ans sont partis avec leur classe et enseignant.e pour un séjour en dehors de l’école pendant cinq jours ou plus – Rapport DEPP, avril 1996), et cette baisse n’a cessé depuis de s’amplifier.

Si leur projet pédagogique fait consensus et qu’elles sont encore bien présentes dans les référents collectifs des professeurs, les classes transplantées restent paradoxalement mal connues. Elles sont pourtant reconnues et encouragées à nouveau en France par le Ministère de l’Éducation Nationale comme un dispositif éducatif efficace, donnant sens aux apprentissages scolaires et accompagnant une socialisation aux voyages encore profondément inégalitaire (Rapport Pavy, 2004). En mai 2018, le ministre de l’Éducation français, Jean-Michel Blanquer, déclarait : « Il faut aussi que les enfants renouent avec la nature. Je travaille au renouveau des classes vertes, de neige et de mer » (JDD, 19 mai 2018). En outre, leur enjeu économique est loin d’être négligeable : en 1995, leur chiffre d’affaires était estimé par le Secrétariat d’État au Tourisme à 305 millions d’€, générant près de 5 000 emplois et permettant l’amortissement des équipements touristiques, particulièrement en basse saison. En cela, les classes transplantées peuvent être considérées comme vitales par les professionnels du tourisme et des loisirs (Rapport Chauvin, 2008 ; Livre bleu du nautisme finistérien 2015-2020).

Si elles ont donc non seulement un intérêt pédagogique reconnu par une majorité d’enseignants, ainsi qu’un intérêt politique et socio-économique manifeste, ces classes éprouvent en même temps de plus en plus de difficultés à être organisées, entre contraintes réglementaires et sécuritaires fortes, complexification des montages budgétaires, désengagement de l’État, modifications des attentes des parents (et l’on peut craindre que la situation sanitaire dû au Covid-19 n’amplifie ces difficultés). Si leur nombre et leur durée voire leur distance diminuent graduellement, les situations paraissent particulièrement contrastées. Absentes ou abandonnées parfois, les classes transplantées font par contre partie du fonctionnement ordinaire de certaines écoles, du fait de la conviction de leurs enseignants et des partenariats tissés depuis longtemps avec les collectivités locales ou avec certains centres, ce qui n’exclut pas d’importantes difficultés, tous les ans, à organiser ces séjours. Dans la région parisienne par exemple, classes de mer comme de neige constituent une priorité politique, même si toutes les écoles ne se saisissent pas de cette opportunité et que, là aussi, les configurations socio-économiques, les motivations des enseignants et des parents semblent des points-clés. Et qu’en est-il pour d’autres dispositifs ?

Contributions attendues

Dans ce contexte, les contributions attendues pourront s’orienter vers divers axes qui ne sont en rien exclusifs à d’autres aspects :

  • Enjeux pédagogiques : Développement d’une pédagogie différente orientée vers la découverte et la pratique – Imaginaire de l’ailleurs – Le déplacement comme espace-temps éducatif – Pédagogie du plein air – Liens enfants-enseignants – Apprentissages sociaux liés à la vie quotidienne commune et à la rencontre d’autres milieux –…
  • Enjeux sociaux : Mixité – Confrontation des manières de vivre – Métiers – Approche intersectionnelle des inégalités dans cette socialisation au voyage (qu’elle soit de classe, de race ou de genre ou encore liées aux handicaps) –…
  • Enjeux touristiques : Contribution des classes transplantées au développement touristique local – Éducation au voyage et à l’altérité – Retour d’enfants et d’adultes sur les lieux de classes –…
  • Enjeux politiques : Développement territorial – Effet d’entraînement sur des territoires périphériques comme la montagne et certains littoraux –…

Échéancier prévisionnel

  • 15 janvier 2021 : Envoi des textes d’intention (1 page présentant un titre, un résumé, des mots-clés, une courte bibliographie) aux coordonnateurs du numéro.
  • 15 février 2021 : Retour des avis des coordonnateurs du numéro vers les auteurs au sujet de leurs textes d’intention.
  • Mai 2021 : Retour des premières versions des articles finalisés (voir normes de rédaction).
  • Juin à septembre 2021 : expertises et navettes entre coordonnateurs et auteurs.
  • Octobre 2021 : envoi des textes à la revue pour expertises.
  • Janvier 2022 : retour des expertises par la revue.
  • Avril 2022 : reprise des textes par les auteurs et validation.
  • Avril-Juin 2022 : publication du numéro.

Note

[1]On notera ici que la définition officielle, circonscrite par une circulaire du 5 janvier 2005, indique que ces classes de découverte correspondent à des séjours d’une durée égale ou supérieure à cinq jours ou quatre nuitées « permettant de s’extraire de façon significative du contexte et de l’espace habituels de la classe [constituant ainsi], pour les élèves, un réel dépaysement et un moment privilégié d’apprentissage de la vie collective que chacun devrait connaître au moins une fois au cours de sa scolarité ». En l’état, c’est donc davantage la durée du séjour plutôt que son contenu (activités, etc.) qui paraît définir, dans les textes, une telle classe, ce qui est à rapprocher des définitions touristiques et marchandes des séjours. On voit les limites d’une telle définition, les promoteurs et acteurs de ces dispositifs s’accordant tous à reconnaître avant tout leur profonde dimension éducative et sociale.

Un mois d’octobre entre terrain institutionnel et fin de saison “en classe”

Le 13 octobre dernier, l’équipe CLASMER était invitée à la journée du réseau classe de mer qui se tenait à Port-La-Forêt ; réunion organisée par Nautisme en Bretagne. Cette journée était l’occasion pour l’équipe de rencontrer de nombreux acteurs institutionnels qui sont, pour le projet, des sources importantes de notre terrain d’enquête. En complément du déroulement des classes de mer, cela permet de comprendre, à une autre échelle, les institutions qui collaborent à l’organisation des classes de mer.

Ainsi, nous avons pu assister aux bilans de la saison de nombreux centres bretons qui avaient fait le déplacement vers le port du pays fouesnantais et nous avons également été invités à présenter le projet de recherche. Ce type d’occasion est précieuse, car donner des nouvelles de l’avancée permet de maintenir un lien entre les objectifs scientifiques du projet et les applications de recherche au service de la société. L’après-midi, des ateliers étaient organisés autour de différentes perspectives : l’organisation d’une classe de mer dans le contexte de l’après-crise sanitaire, les pistes d’opérations commerciales à disposition des centres, et enfin la poursuite de la formation des éducateurs en milieu marin, avec l’organisation d’une deuxième journée de formation prévue au printemps prochain.

Le suivi de cet échelon institutionnel du terrain d’enquête permet d’avoir une vision plus globale sur les mutations des classes de mer au grès des évolutions politiques, socio-économiques ou des dynamiques territoriales. Cela permet de mettre en perspective les données recueillies directement lors du suivi des classes.

Ainsi, en mars dernier, l’équipe avait déjà eu la chance de prendre part à la première journée de formation de ce type, sur le thème “Algues et pédagogie”. Nautisme en Bretagne, l’organisateur de la journée, avait alors convié Pauline Poisson, biologiste à la station marine de Concarneau, pour présenter le protocole ALAMER. Ces deux dernières semaines, la poursuite de l’ethnographie a permis d’observer l’application de cette formation, dans le cadre d’une classe locale accueillie à Lesconil.

Depuis les réunions institutionnelles à l’application concrète sur la laisse de mer en passant par la formation des acteurs, l’équipe CLASMER a l’opportunité de couvrir les différentes échelles qui œuvrent pour la classe de mer en Bretagne.

Terrains d’automne

La crise sanitaire a fortement bousculé le planning de terrain de l’équipe de recherche, puisqu’une seule classe a pu être suivie avant les mesures de confinement au printemps. L’enquête de terrain a néanmoins repris cet automne, avec des classes suivies très différentes les unes des autres. Petit tour d’horizon.

Nous avons accompagné les activités de classes de mer tout le long du mois de septembre, une période privilégiée pour les séjours “d’intégration” ou “de cohésion”. Dès la première semaine de rentrée, nous avons ainsi pu accompagner l’entrée en sixième de collégiens quimpérois à l’Île-Tudy, séjour institué depuis plus de dix ans entre le centre nautique et l’établissement scolaire. À l’initiative des enseignants d’EPS, ce sont les activités nautiques qui étaient presque exclusivement au programme de la classe. Nous avons également suivi des classes de CM2 d’une école brestoise qui séjourne régulièrement au centre de Douarnenez depuis dix-sept ans, et pu mesurer comment s’ancre dans la vie d’un établissement une certaine tradition du départ en classe de mer.

Si l’automne est en effet une saison durant laquelle des classes, souvent locales, se rendent en séjour dans des centres où ils ont leurs habitudes, la crise sanitaire a de nouveau bouleversé les programmes d’accueil. Un certain nombre d’écoles ont décidé de ne pas maintenir les classes de mer prévues, qu’elles soient locales ou plus lointaines, tantôt parce qu’elles étaient interdites, tantôt parce qu’elles étaient déconseillées par l’inspection académique. Nous avons cependant eu la chance d’accompagner le seul séjour de la saison maintenu à Lesconil, une classe de CM1 de Clichy-sous-Bois venue passer dix jours sur le bord de mer, et partie grâce au programme des Naturnautes.

Dans son ensemble, ce terrain d’automne nous permet de mesurer une fois de plus la grande diversité des classes de mer accueillies en Finistère. Le dispositif pédagogique recoupe, en effet, plusieurs définitions en terme d’activités, de temps de séjours, de relations entre institutions partenaires et de niveaux scolaires des classes accueillies. Ce sont entre autres ces diversités que le projet CLASMER interroge, ainsi que les permanences et changements d’un modèle pédagogique qui fait travailler le groupe classe loin de la vie de l’établissement scolaire et du foyer familial.

Ci dessous : Les classes de mer d’automne accompagnent le changement de saison. À gauche, une classe de sixième passe le test anti-panique sous le soleil de l’Île-Tudy lors de son premier jour “au collège”. À droite, lors du dernier jour de classe de mer, et après avoir relâché les animaux de l’aquarium, des CM1 de Seine-St-Denis observent la tempête Alex malmener le brise-lames de Lesconil.

Participation au 12e journées sur l’enfance au quotidien

Comme chaque année, le laboratoire CIRNEF (Universités de Caen et Rouen) organise une journée d’études le 2 décembre 2020, ouverte à tout⋅e⋅s, portant sur l’enfance à partir d’une thématique spécifique. Pour cette douzième édition, elle s’intéresse aux : “Enfants et jeunes dans les espaces extérieurs naturels : quelles socialisations, quelles éducations ?“.

Voici un extrait de l’argumentaire (voir le site) :

Cette année, nous examinerons les contacts que les enfants et les jeunes ont avec les éléments naturels ou vivants présents dans leur environnement extérieur et quelles expériences se développent dans ces rapports au milieu. Quels en sont les effets sur leurs relations entre pairs et avec les adultes ? Qu’est-ce qui fait sortir les enseignants de leur classe, qu’est-ce qui organise les projets des travailleurs sociaux et des animateurs avec des enfants et des jeunes ? Leurs projets éducatifs et pédagogiques sont-ils centrés sur des questions sociales vives autour du bien-être, de la motivation, d’une sensibilisation aux questions écologiques et environnementales ?

À cette occasion, des membres de l’équipe de recherche participeront à une table ronde intitulée “Comment penser des dispositifs qui s’adressent à tous et qui aient comme objectifs la réussite éducative de tous ?” Et pour de amples détails et informations, le programme est disponible au lien suivant : programme (sachant que la participation est gratuite mais qu’une inscription est nécessaire).

Quand l’actualité rattrape la recherche

Nous vous invitons à lire les deux tribunes publiées le 28 avril dans Le Monde et Libération, sur l’école du dehors et les colonies de vacances… Les classes de mer sont pleinement concernées par ce mouvement !

https://www.lemonde.fr/education/article/2020/04/27/coronavirus-et-si-nous-faisions-la-classe-dehors_6037935_1473685.html

https://www.liberation.fr/debats/2020/04/24/pour-que-vivent-les-colos_1786197

Suite à la pandémie du coronavirus et le confinement de la majeure partie de la population, de nombreuses activités sont au ralenti voire à l’arrêt depuis plusieurs semaines. Dans le monde de l’éducation, la fermeture des établissements scolaires a, certes, provoqué un changement conséquent au sein de la famille où les parents devaient organiser l’instruction au domicile. Par ailleurs, même si ce la n’a pas eu le même écho médiatique, les accueils collectifs de mineurs (centres de loisirs, séjours de vacances…) ont aussi été fermés. Incidemment, comme d’autres dispositifs, les classes de découverte ont été annulées et les sorties scolaires interdites.

À l’opposé de l’expérience offerte et promue par les classes de découverte, basée sur le départ du domicile et l’éloignement du quotidien par le voyage, les enfants ont été confinés “entre quatre murs”. Expérience pour le moins atypique et inédite, plusieurs initiatives ont été prises pour recueillir leurs points de vue et leurs vécus notamment par l’émission “À hauteur d’enfants” réalisée par Claire Moutarde et Magali Harien pour France Bleu Héraut ou encore l’émission spéciale “Enfants confinés” réalisée par Clara Lecocq Réale pour France Culture. Aussi, Laurence De Cock a ouvert un blog “Enfants d’ici et d’ailleurs, enfants confinés” pour échanger et publier les lettres, dessins et témoignages d’enfants reçus ; inspirée des techniques du couple Freinet.

Suite aux premières déclarations préparatoires au déconfinement, il reste de nombreuses incertitudes et, en particulier, autour de la reprise de l’enseignement scolaire comme de l’organisation des vacances estivales. Il n’empêche qu’en écho avec le projet de dépaysement porté par les classes de mer, d’autres actualités viennent rencontrer les préoccupations de la recherche CLASMER. Ainsi, une première tribune publiée dans Le Monde appelle à “faire la classe dehors” à la manière des classes transplantées issues des innovations pédagogiques de l’après-guerre tandis qu’une deuxième tribune publiée dans Libération, “pour que vivent les colos“, sollicite le soutien des pouvoirs publics pour le départ en “colos”. Elles qui ont été fondées sur le déplacement et des préoccupations sanitaires au début du 20e siècle, de nombreux établissements — organisant notamment des classes de découverte — se retrouvent actuellement menacés (économiquement) de disparaître.

Ces actualités viennent directement interroger le rôle et la place des classes de découverte, et de mer en particulier, dans le futur et on peut espérer que la recherche pourra accompagner — et documenter avec soins — cette période “historique”.

Le goût (iodé) de l’archive

Dans le cadre du projet, nous avons commencé à nous rendre dans les centres pour recenser et récolter leurs archives.
C’est en effet l’objectif de l’axe 1 que de participer et d’encourager la sauvegarde de cette mémoire locale en péril en formant les centres à l’archivage de leurs documents (tri et dépôt).
Notre intention est d’abord de constituer un guide des sources afin d’exploiter ces archives. Ces dernières nous aident à comprendre les évolutions qu’ont connues les centres nautiques et les classes de mer dans leur projet d’éducation à la mer. En parallèle, nous menons des entretiens avec différents acteurs de l’histoire des classes de mer, qui incarnent la mémoire du dispositif éducatif et qui nous fournissent des matériaux précieux d’histoire orale.

Malo Camus et Fabien Clouette en visite au centre nautique municipal de Douarnenez. Ici, Malo capture une série de photos des années 1970, époque des “classes en mer”.