Quand l’actualité rattrape la recherche

Nous vous invitons à lire les deux tribunes publiées le 28 avril dans Le Monde et Libération, sur l’école du dehors et les colonies de vacances… Les classes de mer sont pleinement concernées par ce mouvement !

https://www.lemonde.fr/education/article/2020/04/27/coronavirus-et-si-nous-faisions-la-classe-dehors_6037935_1473685.html

https://www.liberation.fr/debats/2020/04/24/pour-que-vivent-les-colos_1786197

Suite à la pandémie du coronavirus et le confinement de la majeure partie de la population, de nombreuses activités sont au ralenti voire à l’arrêt depuis plusieurs semaines. Dans le monde de l’éducation, la fermeture des établissements scolaires a, certes, provoqué un changement conséquent au sein de la famille où les parents devaient organiser l’instruction au domicile. Par ailleurs, même si ce la n’a pas eu le même écho médiatique, les accueils collectifs de mineurs (centres de loisirs, séjours de vacances…) ont aussi été fermés. Incidemment, comme d’autres dispositifs, les classes de découverte ont été annulées et les sorties scolaires interdites.

À l’opposé de l’expérience offerte et promue par les classes de découverte, basée sur le départ du domicile et l’éloignement du quotidien par le voyage, les enfants ont été confinés “entre quatre murs”. Expérience pour le moins atypique et inédite, plusieurs initiatives ont été prises pour recueillir leurs points de vue et leurs vécus notamment par l’émission “À hauteur d’enfants” réalisée par Claire Moutarde et Magali Harien pour France Bleu Héraut ou encore l’émission spéciale “Enfants confinés” réalisée par Clara Lecocq Réale pour France Culture. Aussi, Laurence De Cock a ouvert un blog “Enfants d’ici et d’ailleurs, enfants confinés” pour échanger et publier les lettres, dessins et témoignages d’enfants reçus ; inspirée des techniques du couple Freinet.

Suite aux premières déclarations préparatoires au déconfinement, il reste de nombreuses incertitudes et, en particulier, autour de la reprise de l’enseignement scolaire comme de l’organisation des vacances estivales. Il n’empêche qu’en écho avec le projet de dépaysement porté par les classes de mer, d’autres actualités viennent rencontrer les préoccupations de la recherche CLASMER. Ainsi, une première tribune publiée dans Le Monde appelle à “faire la classe dehors” à la manière des classes transplantées issues des innovations pédagogiques de l’après-guerre tandis qu’une deuxième tribune publiée dans Libération, “pour que vivent les colos“, sollicite le soutien des pouvoirs publics pour le départ en “colos”. Elles qui ont été fondées sur le déplacement et des préoccupations sanitaires au début du 20e siècle, de nombreux établissements — organisant notamment des classes de découverte — se retrouvent actuellement menacés (économiquement) de disparaître.

Ces actualités viennent directement interroger le rôle et la place des classes de découverte, et de mer en particulier, dans le futur et on peut espérer que la recherche pourra accompagner — et documenter avec soins — cette période “historique”.